Les membres du CRULH publient :

Un article consacré à l’histoire de la famille dans une perspective comparative.

Jerome Luther Viret, « Children leaving Home in Europe in the Modern Age: Towards a Typology taking into account Western European Forms of Authority », in Dionigi Albera, Luigi Lorenzetti Luigi et Jon Matthieu (dir.), Reframing the History of family and kinship ; from the Alps towards Europe,  collection Population, Famille et Société / Population, Family and Society.

Le départ des enfants de la Maison, et spécialement celui des filles, n’avait pas la même signification d’une province à l’autre. En Normandie, les filles avaient seulement le droit pour son mariage à une somme forfaitaire, fixée arbitrairement par le père. Cela devait inciter les filles à quitter la maison rapidement de manière à constituer elle-même leur dot. Les filles, près de Paris, recevaient une avance de succession, qui ne les empêchait pas, quelques années plus tard, de venir au partage de la succession avec leurs frères. Les pères ne distinguaient pas entre filles et garçons. Les modalités financières du mariage, en même temps que d’autres facteurs, agissaient sur l’âge au mariage. Des conditions démographiques et économiques locales, mais également le statut du couple et la manière dont le travail des enfants était considéré, facilitaient ou retardaient le mariage. On envisageait le mariage différemment selon que les revenus provenaient du travail en commun de la terre ou du travail salarié au dehors, selon que les femmes étaient ou non considérées comme de véritables partenaires économiques ou selon le désir d’avantager les garçons.

 

Afficher l'image d'origine

 

Over the past few years, the cross-disciplinary field of research devoted to family and kinship history in Europe has seen the emergence of an important stream of studies developing wide-ranging comparative perspectives on great spaces and long periods. Their hypotheses and interpretative models differ somewhat with regard of the factors taken into account, and of the underlying logic identified for these processes. The first part of this volume presents a broad discussion of these recent developments. The chapters in the second part have an alpine focus and are dealing more or less directly with the theoretical framework proposed by Dionigi Albera’s book, Au fil des generations. The contributions to the third part of the book are further opening up the field. They leave the alpine terrain and are dedicated to some European contexts, with approaches that are generally influenced by the experience of Albera’s analysis of Alpine Europe

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *