Frédérique Lachaud, Le serment …

Le serment dans les villes du bas Moyen Age.

Auteur :  Frédérique Lachaud et Laurence Buchholzer (Dir.)
Editeur : Histoire Urbaine, Société Française d’Histoire Urbaine, n° 39, 2014, 198 pages.

Résumé : Le serment consiste en l’énoncé oral et ritualisé d’un texte, qui peut être écrit, et qui est composé d’une ou de plusieurs formules. Celles-ci énoncent les autorités invoquées (Dieu, les saints, les Évangiles), attestent la vérité d’une cause ou d’un témoignage, ou établissent, généralement pour un temps déterminé, les obligations du ou des prestataires.

 

 

 

Nos enseignants chercheurs publient : Léonard Dauphant

Léonard Dauphant, Le royaume des quatre rivières: l’espace politique français (1380-1515), Préface d’Elisabeth Crouzet-Pavan

Pendant des siècles, le royaume de France a été défini par les quatre rivières qui délimitaient ses frontières: le Rhône, la Saône, la Meuse et l’Escaut. Pourtant, la naissance de la «nation France» n’a lieu qu’à la fin de la guerre de Cent Ans, au milieu du xve siècle. En ces temps de crise multiple, économique, démographique, politique, comment le roi de France pouvait-il se représenter le territoire de son royaume et gouverner les 450000 km2 de sa souveraineté?
Le pays ne s’est pas unifié seulement par l’uniformisation et la centralisation, ni par une marche forcée vers «l’absolutisme», mais par la formation d’espaces nettement différenciés: des provinces sont gouvernées par le roi, d’autres sont confiées à un gouverneur, à un prince ou à un parlement. L’unité royale et l’État d’offices n’empêchent nullement la construction et l’affirmation de fortes identités régionales, comme en Languedoc, en Normandie ou en Bretagne. Au début du xvie siècle, la France devient ainsi un État-nation original, État royal et territorial mixte et polymorphe, à la fois unitaire et hétérogène. Cette organisation survit jusqu’à la Révolution; son souvenir structure encore, aujourd’hui, l’identité française.
Fruit d’une méthode originale, ce livre montre quelle était la culture géographique des Français de la fin du Moyen Âge et l’impact durable de leurs façons de se représenter l’espace (avec les premières cartes), de voyager et de communiquer, de gouverner et de vivre ensemble.

Nos enseignants-chercheurs publient : A. Chatenet-Calyste

Aurélie Chatenet-Calyste, Une consommation aristocratique, fin de siècle – Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti 1731-1803,  2013

 

cover

Marie-Fortunée d’Este (1731-1803) princesse d’origine modénaise, épouse en 1759 Louis-François Joseph de Bourbon-Conti, comte de La Marche. En 1776, elle se sépare de son mari et mène une vie autonome partagée entre son hôtel parisien de la rue Saint-Dominique et son château de Triel à l’ouest de la capitale. Dès les premières semaines de la Révolution, elle quitte Paris ; ses pérégrinations européennes la conduisent à Venise où elle décède en 1803.
Dépassant la simple biographie, ce livre mobilise les problématiques de l’histoire économique, sociale, culturelle pour explorer les modes de consommation d’une princesse. L’étude, fondée sur des papiers personnels, notamment les abondantes sources conservées aux Archives nationales, –comptes de sa « Maison »– ainsi qu’une partie de sa correspondance extraite des Archives de Modène interroge l’économie du quotidien princier, l’appropriation féminine des biens, la spécificité du luxe au féminin.


Sommaire

Première partie : Les cadres de la consommation : une maison féminine et princière

– Chapitre Premier : La maison d’une princesse du sang à la fin du XVIIIe siècle
– Chapitre 2 : La suite aristocratique de Marie-Fortunée d’Este
– Chapitre 3 : Les finances d’une princesse du sang
– Chapitre 4 : Les fournisseurs de la princesse de Conti

Deuxième partie : Un train de vie aristocratique et féminin à la fin du XVIIIe siècle

– Chapitre 5 : Les résidences L’hôtel et le château
– Chapitre 6 : La table d’une princesse
– Chapitre 7 : Les apparences d’une princesse du sang

Troisième partie : Une princesse entre le monde et Dieu

– Chapitre 8 : En voiture ! La mobilité d’une princesse du sang à la fin du XVIIIe siècle
– Chapitre 9 : La sociabilité d’une princesse
– Chapitre 10 : Les occupations de la princesse  entre pratiques intellectuelles et divertissements
– Chapitre 11 : La piété d’une princesse
– Conclusion générale
– Sources manuscrites
– Sources imprimées