Nos enseignants chercheurs vous invitent à un colloque : Jérôme Luther Viret, Professeur d’histoire moderne

Journée « Le Gouvernement domestique en France »

Entre idéal et trahison

 

Vendredi 28 avril 2017 | à Metz

– Grand Grenier du Cloître des Récollets-

1 rue des Récollets, 57000 Metz

………………………………………………………………………….

 

Cette journée d’étude consacrée à l’histoire de la famille dans la longue durée, se veut un moment de réflexions et d’échanges sur le thème du ‘gouvernement de la famille’, au Moyen-Age et à l’époque Moderne, autour de l’idée de trahison, des idéaux poursuivis, des obstacles rencontrés et des moyens déployés pour les surmonter, dans leurs dimensions juridiques, psychiques, matérielles et économiques. Quelles sont les représentations données par les acteurs de la régulation familiale de leur propre pratique collective, les principes et les valeurs auxquels le groupe ou les acteurs saisis individuellement étaient attachés, le degré d’accord ou de désaccord atteint sur ces principes, relativement aux mœurs, aux activités économiques, à l’utilisation du patrimoine, à la satisfaction des besoins quotidiens, à l’image même que le groupe souhaite donner de lui-même sur l’extérieur ? Quelles sont les bornes mises par le droit, les arrangements de nature contractuelle, les dispositifs formels et informels visant à prévenir, à réduire et résoudre les conflits intrafamiliaux ?

 

Accueil 9h15

9h45-10h45 Table Ronde 1 : Attentes, représentations et discours

« J’ai tout oublié ; il n’en faut plus parler ». Splendeurs et misères des mémorialistes devant le gouvernement des familles, par Yohann Deguin, (Univ. de Lorraine, Metz),

 « Le couple sens dessus dessous : conflits d’autorité et rétablissement de l’ordre conjugal à l’époque de la querelle des femmes (XVIe-XVIIe s), par Charlotte Fuchs, (Univ. François Rabelais, Tours),

 Discussion

11h -12h Table Ronde 2: L’ordre domestique à l’épreuve du déshonneur

Puissance sexuelle, puissance maritale : la sexualité conjugale au cœur de l’exercice du pouvoir domestique à Paris au XVIIIe siècle, par Marion Philip, (Univ. Paris IV / EHESS, Paris)

 L’honneur de la Maison en question. Les différentes figures de la trahison domestique et leurs recompositions dans les lettres de rémission lorraines (1473-1628), par Emmanuel Gerardin, (Univ. de Strasbourg)

Discussion

12h15 -13h30 Pause déjeuner

13h30-14h30 Table Ronde 3 : fratries et gouvernement domestique

Entre indivision successorale et coseigneurie châtelaine : le château, reflet d’une gouvernance domestique nobiliaire originale dans le Westrich ?,par Jean-Daniel Mougeot, (Univ. du Luxembourg / Univ. de Lorraine, Metz)

La famille Sublet, XVIe-XVIIIe siècles. Fratries unies, de l’idéal à sa trahison, par Camille Lefauconnier-Ripoll, (EHESS, Paris)

Discussion

14h45-15h45 Table Ronde 4 : Le lignage trahi par lui-même. Droit successoral et prodigalité

 Jean II d’Auvergne et de Boulogne († 1404) : portrait du comte en « mauvais mesnagier », par Maud Ternon, (Univ. Paris I)

Le testament de M. le Prince mit un feu dans sa famille : brouilles, procès et tentatives de conciliation autour de la succession d’Henri-Jules de Bourbon-Condé (1709-1727), par Aurélie Chatenet-Calyste, (Univ. de Lorraine, Metz)

Discussion

16h -16h30 Conférence conclusive

par Jérôme Luther Viret (Univ. de Lorraine, Metz)

16h30 clôture

………………………………………………………………………….

Organisation : Jérôme Luther Viret, Université de Lorraine, CRULH,

Jerome.viret@univ-lorraine.fr

Nos enseignants chercheurs vous invitent à un colloque : Christian-Georges Schwentzel, Professeur d’histoire ancienne

« Les monnaies de Cléopâtre : entre continuité et innovation »,

à l’INHA (Institut National d’histoire de l’Art),

salle Mariette, 6 rue des Petits champs,

Paris 2e, le mardi 8 décembre, 18h-20h.

Les membres du CRULH publient :

Un article consacré à l’histoire de la famille dans une perspective comparative.

Jerome Luther Viret, « Children leaving Home in Europe in the Modern Age: Towards a Typology taking into account Western European Forms of Authority », in Dionigi Albera, Luigi Lorenzetti Luigi et Jon Matthieu (dir.), Reframing the History of family and kinship ; from the Alps towards Europe,  collection Population, Famille et Société / Population, Family and Society.

Le départ des enfants de la Maison, et spécialement celui des filles, n’avait pas la même signification d’une province à l’autre. En Normandie, les filles avaient seulement le droit pour son mariage à une somme forfaitaire, fixée arbitrairement par le père. Cela devait inciter les filles à quitter la maison rapidement de manière à constituer elle-même leur dot. Les filles, près de Paris, recevaient une avance de succession, qui ne les empêchait pas, quelques années plus tard, de venir au partage de la succession avec leurs frères. Les pères ne distinguaient pas entre filles et garçons. Les modalités financières du mariage, en même temps que d’autres facteurs, agissaient sur l’âge au mariage. Des conditions démographiques et économiques locales, mais également le statut du couple et la manière dont le travail des enfants était considéré, facilitaient ou retardaient le mariage. On envisageait le mariage différemment selon que les revenus provenaient du travail en commun de la terre ou du travail salarié au dehors, selon que les femmes étaient ou non considérées comme de véritables partenaires économiques ou selon le désir d’avantager les garçons.

 

Afficher l'image d'origine

 

Over the past few years, the cross-disciplinary field of research devoted to family and kinship history in Europe has seen the emergence of an important stream of studies developing wide-ranging comparative perspectives on great spaces and long periods. Their hypotheses and interpretative models differ somewhat with regard of the factors taken into account, and of the underlying logic identified for these processes. The first part of this volume presents a broad discussion of these recent developments. The chapters in the second part have an alpine focus and are dealing more or less directly with the theoretical framework proposed by Dionigi Albera’s book, Au fil des generations. The contributions to the third part of the book are further opening up the field. They leave the alpine terrain and are dedicated to some European contexts, with approaches that are generally influenced by the experience of Albera’s analysis of Alpine Europe

 

 

Les Mercredis du CRULH 2016-2017

 Afficher l'image d'origine

Un mercredi par mois, le CRULH invite alternativement à Metz et à Nancy un historien, pour présenter ses recherches, en lien avec l’actualité de la recherche historique, et pour dialoguer avec le public.

Les invités sont antiquisants, médiévistes, modernistes ou contemporanéistes, enseignants à l’université de Lorraine, doctorants ou extérieurs. Ces conférences sont gratuites et ouvertes à tous : historiens ou non, étudiants et enseignants, simples amateurs d’histoire.

Les conférences ont lieu le mercredi de 18h à 19h10, à Metz sur le campus du Saulcy, bâtiment de l’UFR Sciences Humaines et Sociales, en salle du conseil (D 206, 2e étage), et à Nancy sur le campus des Lettres et Sciences humaines, bâtiment A, salle 412 (4e étage).

 

Les séances messines auront lieu en salle D206 (île du Saulcy) et les nancéiennes en salle A412 du campus des Lettres et Sciences humaines. Elles débuteront à 18h. La séance du 2 novembre 2016 fera exception (voir ci-dessous).

21 septembre 2016 (Nancy) : Léonard DAUPHANT (université de Lorraine), « Les frontières de France à la fin du Moyen Âge ».

12 octobre 2016 (Metz) : Hervé HUNTZINGER (université de Lorraine), « Le contrôle de la frontière romaine dans l’Antiquité tardive ».

2 novembre 2016 (Nancy) : Philip BENEDICT (université de Genève, IHR), « La première diffusion de la Réforme dans l’espace francophone et la Lorraine ». Cette séance aura lieu au temple réformé de Nancy, à 20h30.

7 décembre 2016 (Metz) : Joseph SCHMAUCH (doctorant, université de Lorraine), « Quel avenir pour l’Alsace-Lorraine ? Réflexions franco-allemandes pour une région disputée (1914-1918) ».

18 janvier 2017 (Nancy) : Laurence GUIGNARD (université de Lorraine), « La lune du XIXe siècle : de la frontière au territoire ».

15 février 2017 (Metz) : Laurent COMMAILLE (université de Lorraine), « Qu’est-ce que la frontière pour l’entreprise ? »

15 mars 2017 (Nancy) : Audrey BECKER (université de Lorraine) et Jokin LANZ (doctorant, université du Pays Basque), « Frontières et diplomatie dans l’Antiquité tardive. Problèmes méthodologiques ».

5 avril 2017 (Metz) : Stefano SIMIZ (université de Lorraine), « Construire les frontières du sacré en France entre 1550 et 1650 ».

26 avril 2017 (Nancy) : Bruno MAES (université de Lorraine), « Les sanctuaires de la frontière ».

10 mai 2017 (Metz) : Jean-Daniel MOUGEOT (doctorant, universités de Lorraine et du Luxembourg), «Une noblesse transfrontalière ? Comtes et sires du Westrich à la fin du Moyen Âge (XIVe-XVe siècles) ».

Jérôme Viret