Nos enseignants chercheurs publient : Christian Schwentzel, Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C., nouvelle édition, juin 2015

Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C.

Capes et Agrégation Histoire et Géographie

http://www.armand-colin.com/le-monde-romain-de-70-av-j-c-73-apr-j-c-np-capes-et-agregation-histoire-et-geographie-9782200602802

Cet ouvrage traite d’un siècle et demi de l’histoire de Rome que l’historiographie traditionnelle sépare généralement en deux périodes distinctes : la fin de la République, jusqu’en 30 ou 27 av. J.-C., et le début de l’Empire. Cette périodisation tranchée repose sur l’idée, aujourd’hui discutée, qu’Auguste aurait mis en place un type de régime fondamentalement nouveau.
Les bornes chronologiques correspondent à deux recensements. En 70 av. J.-C., le dernier census républicain entérine l’accès de tous les Italiens à la citoyenneté romaine ; en 73 apr. J.-C., la censure de Vespasien et Titus légitime l’emprise de la dynastie flavienne sur l’Empire.
Cinq grandes problématiques, en lien avec la recherche récente, sont mises en évidence : la construction d’un pouvoir personnel, de type monarchique, par les imperatores, notamment Jules César, puis par Auguste ; les transformations politiques conduisant de la République au principat ; l’intégration dans le monde romain, espace de paix et de prospérité ; la place de Rome et plus largement de l’Italie dans ce monde romain ; la définition de la romanité et le phénomène de la romanisation.Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C. - NP - Capes et Agrégation Histoire et Géographie

François Cochet

François Cochet, Professeur d’Histoire contemporaine à l’UFR SHS-Metz  a le plaisir de vous annoncer la parution de ses dernières publications que pourrez retrouver dans :

– Expérience combattante / XIX° – XXI° siècles / Tome IV / L’expérience traumatique aux éditions Actes académiques
– Archives de la Grande Guerre : Des sources pour l’histoire aux Presses universitaires de Rennes
– Foi, religion et sacré dans la Grande Guerre aux éditions Artois Presses Université

– I Guerra Mundial. Globalização e Guerra Total aux éditions LER historia n°66

Nos enseignants-chercheurs publient : Christine Barralis, Eglise et Etat, Eglise ou Etat ? Les clercs et la genèse de l’Etat moderne.

Eglise et Etat, Eglise ou Etat ? Les clercs et la genèse de l’Etat moderne.

Auteur : Christine Barralis, Jean-Patrice Boudet, Fabrice Delivré et Jean-Philippe Genet (Dir.)
Editeur : Publications de la Sorbonne, 2014, 500 pages.

Résumé :
Vingt-cinq ans après la parution des actes du colloque État et Église dans la genèse de l’État moderne, la retraite d’Hélène Millet nous donne une excellente occasion de mesurer le chemin parcouru depuis 1986 et de faire un nouveau bilan en renversant les données de la question. Dans quelle mesure les clercs ont-ils participé à la genèse de l’État moderne et à la naissance de l’institution ecclésiale en tant qu’État aux derniers siècles du Moyen Âge ? Dans quelle mesure ont-ils au contraire résisté à ce double processus et suscité des contre-pouvoirs ? Quels ont été les contacts et la circulation des modèles organisationnels et culturels entre la curie pontificale et les cours royales et princières ? L’importance de ces problèmes que de nombreux travaux récents – à commencer par ceux d’Hélène Millet – ont profondément renouvelé a conduit à leur consacrer l’une des quatre conférences du cycle Comparative Political Studies du programme Signs and States (European Research Council). En choisissant Bourges comme lieu de réunion, les organisateurs du colloque ont opté pour un lieu privilégié d’expression de la puissance rivale de l’Ecclesia illustré par la Pragmatique Sanction. C’est aussi la cité de l’un des princes les plus fastueux du xve siècle, Jean de Berry, et la capitale temporaire du roi de France, Charles VII.

Frédérique Lachaud

Parution du Companion to John of Salisbury (Brill’s Companions to the Christian Tradition, vol. 57), édité par Frédérique Lachaud et Christophe Grellard, avec des contributions de

Julie Barrau, David Bloch, Karen Bollermann, Cédric Giraud, Christophe Grellard, Laure Hermand-Schebat, Frédérique Lachaud, Constant Mews, Clare Monagle, Cary Nederman, Ronald Pepin, Yves Sassier, Sigbjorn Sonnesyn.
http://www.brill.com/products/book/companion-john-salisbury

 

C. Schwentzel, Cléopâtre, la déesse-reine

Christian-Georges SCHWENTZEL, Cléopâtre la déesse-reine, Payot, octobre 2014.

Femme fatale par excellence, à la beauté légendaire et à la mort tragique, Cléopâtre (v. 69 av. J.-C.–30 av. J.-C.) est sans doute la plus célèbre des femmes de l’Antiquité. Son nom même, honni par les poètes latins, est évocateur de luxe, de pouvoir et d’érotisme. Dans son sillage vénéneux, elle a entraîné tour à tour le grand César, père putatif du petit Césarion, et son successeur Marc Antoine, vaincu de la bataille d’Actium.

Depuis dix ans, d’importantes découvertes archéologiques, numismatiques et épigraphiques ont fait progresser notre connaissance de la reine d’Égypte. À la fois « pharaonne » traditionnelle pour ses sujets égyptiens et reine macédonienne, descendante d’un officier d’Alexandre le Grand, pour les Grecs, elle assume une double identité culturelle : déesse-reine, la dernière des Ptolémées se veut la réincarnation d’Isis autant que celle d’Aphrodite. Héritière d’un empire « ami » des Romains, en fait un protectorat de Rome, Cléopâtre rêve de la fusion d’un grand et puissant Empire romano-ptolémaïque. Sa démesure en a fait un mythe, mille fois exploité et réinterprété à travers les siècles. C’est à une relecture de ses divers visages que nous convie l’auteur, en Europe mais aussi, et de façon surprenante, dans le monde arabe ou en Amérique du Nord, où elle fait figure d’icône noire.

nos enseignants-chercheurs publient : C. Bourdieu, Les Trois-Evêchés et l’étranger.

Les Trois-Evêchés et l’étranger.

Testament spirituel

 

 

Textes réunis par Catherine Bourdieu-Weiss.

 Numéro 52. Paru en 2014. http://crulh.univ-lorraine.fr/content/crulh-collection

Sommaire :

Catherine Bourdieu-Weiss : Introduction

Anne Adrian : La « Maison des Têtes » : deux orientaux à Metz au XVIe siècle

Raphaël Tassin : L’Italie et l’architecture de Toul à la Renaissance

Jean-Luc Liez : Quelques images des Trois-Evêchés issues de la collection de sceaux du musée de la Princerie à Verdun

Catherine Bourdieu-Weiss :Les artistes étrangers à Metz aux XVIIe et XVIIIe siècles

Eric Durot : Les Trois-Evêchés et les Guises, en double destin français au XVIe siècle

Marie-Catherine Vignal-Souleyreau : Les sentences de M. Lebret : tentative d’ingérence française et réaction lorraine dans les Trois-Evêchés en 1625-1626

Benoît Boutet : Le parlement de Metz, un creuset original. Réflexion sur la notion d’étranger : être « étranger » aux Trois-Evêchés, s’enraciner et se déraciner

Cédric Andriot : Le discours aux Juifs de Metz de Jean Bedel, ou comment convertir les étrangers de l’intérieur (Mtez, 1651) ?

Julien Léonard : Le regard des chrétiens sur les Juifs à Metz aux XVIe et XVIIe siècle : voisins ou étrangers ?

Michaël George : Le chapitre cathédral de Verdun et l’étranger à la charnière des XVe et XVIe siècle : réflexions autour de la réception du concordat germanique (1519) et du recrutement des chanoines

Frédéric Schwindt : Mennonites et Amishs dans l’Evêché de Metz avant la Révolution

François Cochet Idées reçues sur la Première Guerre mondiale.

Idées reçues sur la Première Guerre mondiale.

Auteur :  François Cochet.
Editeur : Paris, Le Cavalier Bleu, 2014, 200 pages.

Résumé : Notre société française du XXIe siècle est fascinée par la Première Guerre mondiale. L’édition, le cinéma et la télévision se sont emparés du sujet, véhiculant par là-même de nombreuses idées reçues. Car la mémoire est à l’histoire ce que la caricature est au dessin, elle force le trait, exagère, simplifie : « L’assassinat de François-Ferdinand a déclenché le début des hostilités », « Ce fut principalement une guerre de tranchées », « Les femmes sont mises au travail », « Clemenceau et Pétain ont fait gagner la guerre », « Sans les Etats-Unis, la guerre aurait été perdue », « Toute une génération a été inutilement sacrifiée… ». François Cochet s’attache ici à rétablir les faits et nuancer la vulgate de cette « Grande Guerre » qui continue de hanter les esprits.

 

François Cochet La Grande Guerre : fin d’un monde, début d’un siècle.

La Grande Guerre : fin d’un monde, début d’un siècle.

Auteur :  François Cochet.
Editeur : Paris, Perrin, 2014, 517 pages.

Résumé : La guerre de 1914-1918 ouvre tragiquement le XXe siècle, souvent nommé le « siècle de la guerre ». Mais ce conflit n’a pas soudainement éclaté à l’été 1914 pour s’interrompre tout aussi brutalement en 1918 : il s’inscrit mentalement dans des comportements issus d’un long XIXe siècle, tout autant qu’il innove et ouvre la voie aux affrontements du XXe siècle. Sondant les mentalités, l’action des chefs comme des humbles, des civils comme des militaires, interrogeant les attitudes de ceux qui décident, autant que de ceux qui vivent la guerre dans le froid des usines ou dans la boue des tranchées, l’auteur envisage, sans parti pris, toutes les dimensions – militaires, économiques, sociales et politiques – de ce conflit total.
Il aborde aussi bien le monde des combattants que celui des arrières, les fronts européens qu’asiatiques ou africains. Synthèse d’ampleur, l’ouvrage répond à toutes les questions que l’honnête homme se pose sur cet affrontement parfois dantesque. Refusant de céder à une lecture partisane et exclusivement hexagonale, il se place résolument dans une approche comparative de la première des deux guerres mondiales, un conflit qui a profondément marqué les sociétés contemporaines et demeure, pour les Français, LA Grande Guerre par l’ampleur des pertes, des destructions et des deuils..

 

Nos enseignants-chercheurs publient : C. Schwentzel et al. , Le monde romain

Christian Schwentzel, Laurent Lamoine, Blaise Pichon, Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C.

Auteurs :  Christian Schwentzel, Laurent Lamoine, Blaise Pichon.
Editeur : Armand Colin, SEDES, 2014, 288 pages.

Résumé : Cet ouvrage traite d’un siècle et demi de l’histoire de Rome que l’historiographie traditionnelle sépare généralement en deux périodes distinctes : la fin de la République, jusqu’en 30 ou 27 av. J.-C., et le début de l’Empire. Cette périodisation tranchée repose sur l’idée, aujourd’hui discutée, qu’Auguste aurait mis en place un type de régime fondamentalement nouveau. Les bornes chronologiques correspondent à deux recensements. En 70 av. J.-C., le dernier census républicain entérine l’accès de tous les Italiens à la citoyenneté romaine ; en 73 apr. J.-C., la censure de Vespasien et Titus légitime l’emprise de la dynastie flavienne sur l’Empire. Cinq grandes problématiques, en lien avec la recherche récente, sont mises en évidence : la construction d’un pouvoir personnel, de type monarchique, par les imperatores, notamment Jules César, puis par Auguste ; les transformations politiques conduisant de la République au principat ; l’intégration dans le monde romain, espace de paix et de prospérité ; la place de Rome et plus largement de l’Italie dans ce monde romain ; la définition de la romanité et le phénomène de la romanisation.

 

Nos enseignants-chercheurs publient : M. Sève

Philippes. 1914-2014. 100 ans de recherches françaises.

Auteur :  Michel Sève.
Editeur : Ecole Française d’Athènes, 2014, 280 pages, 197 illustrations.

Résumé : Les fouilles de l’Ecole française d’Athènes à Philippes, commencées en 1914, ont été actives de 1920 à 1937, avant leur reprise en 1977. Elles ont produit un important matériel scientifique, photographies, dessins d’architecture, manuscrits et estampages, conservé aux archives de l’EFA et dans le riche fonds photographique Paul Collart de l’Université de Lausanne. A partir d’une documentation presque entièrement inédite, le présent ouvrage, centré sur la période 1914-1950, qui prolonge l’exposition du centenaire inaugurée à Thessalonique et à Kavala en octobre 2014, retrace l’histoire des fouilles, évoque les méthodes et les conditions de travail des archéologues, et fait revivre les paysages et les populations d’une région qui s’est profondément transformée.

 

Frédérique Lachaud, Le serment …

Le serment dans les villes du bas Moyen Age.

Auteur :  Frédérique Lachaud et Laurence Buchholzer (Dir.)
Editeur : Histoire Urbaine, Société Française d’Histoire Urbaine, n° 39, 2014, 198 pages.

Résumé : Le serment consiste en l’énoncé oral et ritualisé d’un texte, qui peut être écrit, et qui est composé d’une ou de plusieurs formules. Celles-ci énoncent les autorités invoquées (Dieu, les saints, les Évangiles), attestent la vérité d’une cause ou d’un témoignage, ou établissent, généralement pour un temps déterminé, les obligations du ou des prestataires.

 

 

 

Nos enseignants chercheurs publient : Léonard Dauphant

Léonard Dauphant, Le royaume des quatre rivières: l’espace politique français (1380-1515), Préface d’Elisabeth Crouzet-Pavan

Pendant des siècles, le royaume de France a été défini par les quatre rivières qui délimitaient ses frontières: le Rhône, la Saône, la Meuse et l’Escaut. Pourtant, la naissance de la «nation France» n’a lieu qu’à la fin de la guerre de Cent Ans, au milieu du xve siècle. En ces temps de crise multiple, économique, démographique, politique, comment le roi de France pouvait-il se représenter le territoire de son royaume et gouverner les 450000 km2 de sa souveraineté?
Le pays ne s’est pas unifié seulement par l’uniformisation et la centralisation, ni par une marche forcée vers «l’absolutisme», mais par la formation d’espaces nettement différenciés: des provinces sont gouvernées par le roi, d’autres sont confiées à un gouverneur, à un prince ou à un parlement. L’unité royale et l’État d’offices n’empêchent nullement la construction et l’affirmation de fortes identités régionales, comme en Languedoc, en Normandie ou en Bretagne. Au début du xvie siècle, la France devient ainsi un État-nation original, État royal et territorial mixte et polymorphe, à la fois unitaire et hétérogène. Cette organisation survit jusqu’à la Révolution; son souvenir structure encore, aujourd’hui, l’identité française.
Fruit d’une méthode originale, ce livre montre quelle était la culture géographique des Français de la fin du Moyen Âge et l’impact durable de leurs façons de se représenter l’espace (avec les premières cartes), de voyager et de communiquer, de gouverner et de vivre ensemble.

Nos enseignants-chercheurs publient : A. Chatenet-Calyste

Aurélie Chatenet-Calyste, Une consommation aristocratique, fin de siècle – Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti 1731-1803,  2013

 

cover

Marie-Fortunée d’Este (1731-1803) princesse d’origine modénaise, épouse en 1759 Louis-François Joseph de Bourbon-Conti, comte de La Marche. En 1776, elle se sépare de son mari et mène une vie autonome partagée entre son hôtel parisien de la rue Saint-Dominique et son château de Triel à l’ouest de la capitale. Dès les premières semaines de la Révolution, elle quitte Paris ; ses pérégrinations européennes la conduisent à Venise où elle décède en 1803.
Dépassant la simple biographie, ce livre mobilise les problématiques de l’histoire économique, sociale, culturelle pour explorer les modes de consommation d’une princesse. L’étude, fondée sur des papiers personnels, notamment les abondantes sources conservées aux Archives nationales, –comptes de sa « Maison »– ainsi qu’une partie de sa correspondance extraite des Archives de Modène interroge l’économie du quotidien princier, l’appropriation féminine des biens, la spécificité du luxe au féminin.


Sommaire

Première partie : Les cadres de la consommation : une maison féminine et princière

– Chapitre Premier : La maison d’une princesse du sang à la fin du XVIIIe siècle
– Chapitre 2 : La suite aristocratique de Marie-Fortunée d’Este
– Chapitre 3 : Les finances d’une princesse du sang
– Chapitre 4 : Les fournisseurs de la princesse de Conti

Deuxième partie : Un train de vie aristocratique et féminin à la fin du XVIIIe siècle

– Chapitre 5 : Les résidences L’hôtel et le château
– Chapitre 6 : La table d’une princesse
– Chapitre 7 : Les apparences d’une princesse du sang

Troisième partie : Une princesse entre le monde et Dieu

– Chapitre 8 : En voiture ! La mobilité d’une princesse du sang à la fin du XVIIIe siècle
– Chapitre 9 : La sociabilité d’une princesse
– Chapitre 10 : Les occupations de la princesse  entre pratiques intellectuelles et divertissements
– Chapitre 11 : La piété d’une princesse
– Conclusion générale
– Sources manuscrites
– Sources imprimées