Christian-Georges Schwentzel, Femmes de fer, débats avec Annie et Maurice Sartre, 31 janvier à Nîmes

Dans le cadre du Festival de la biographie de Nîmes, Christian-Georges Schwentzel, auteur de Cléopâtre, la déesse-reine (Payot, 2014) débattra avec Annie et Maurice Sartre, auteurs de Zénobie de Palmyre à Rome (Perrin, 2014), sur le thème :

Femmes de fer.

Le débat aura lieu à Nîmes au Carré, samedi 31 janvier 2015, à partir de 15h40 (Entrée libre).

http://antiquitas.hypotheses.org/tag/maurice-sartre

 

mercredis du CRULH 28 janvier 2015

La prochaine conférence des « Mercredis du CRULH » aura lieu à Metz le 28 janvier.

Nous aurons le plaisir d’écouter Julien Léonard maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Lorraine (Nancy) , sur le thème :

 « Entre protection royale et identité municipale messine, les combats d’André Valladier, abbé de Saint-Arnoul à Metz (1611-1638) »

 

Rendez-vous le 28 janvier de 18h à 19h10, en Salle du Conseil (D206, 2ème étage), bât. D de l’UFR SHS, campus du Saulcy.

 Les Mercredis du CRULH ont désormais leur page :
http://crulh.univ-lorraine.fr/content/les-mercredis-du-crulh
qui accueillera bientôt les podcasts des conférences.

 Contact : Leonard Dauphant

Colloque mai 2015 : Passages, échanges et transferts à la cour du duc Léopold (1697-1729)

Passages, échanges et transferts à la cour du duc Léopold (1697-1729)

 

Dates : 12-13 MAI 2015

Lieu : Château de Lunéville


Comité scientifique

 

Laurent Bourquin, Professeur d’histoire moderne (Université du Mans)

Pierre Sesmat, Professeur émérite d’histoire de l’art médiéval et moderne (Université de Lorraine)

Stefano Simiz, Professeur d’histoire moderne (Université de Lorraine)

Thierry Franz, Assistant de conservation principal au musée du château de Lunéville

 

Invité d’honneur : Daniel Roche

 

Organisation et contact

Anne Motta anne.motta@univ-lorraine.fr

 

Sous les ondes de choc que traverse la Lorraine au XVIIe siècle (1633-1697) le lien entre territoire, État et cour ducale se brise brutalement : l’occupation française à partir de 1633, ainsi que la guerre de Trente Ans, ont provoqué l’exil du duc et l’essaimage des élites nobiliaires à travers l’Europe. Il faut attendre la paix de Ryswick (1697) et le retour du duc Léopold à la tête de son héritage patrimonial pour voir revivre une cour, aussitôt arrimée à l’État princier renaissant. Soucieux de compter sur la scène politique européenne, le jeune souverain dote son territoire de structures gouvernementales et administratives mieux adaptées à ses ambitions, et plus en phase avec son époque. Comme dans les grandes monarchies voisines, la cour fait partie de l’appareil d’État au même titre que les conseils. L’accueil de personnes de qualité, de manière temporaire ou définitive, dans une cour installée à Lunéville à partir de 1702, participe aux « stratégies de la gloire » déployées par le duc Léopold et témoignent de la force d’attraction de ce microcosme animé par les plus grands noms de la noblesse lorraine.

Dans toutes les monarchies européennes, les milieux curiaux s’internationalisent à partir du XVIIe siècle, mais cette tendance est encore plus marquée dans cet État des confins qui s’est construit dans l’altérité : ici, la présence française et l’expérience de l’exil ont forcé les rencontres avec l’autre. Dirigés par des princes, éduqués la plupart du temps dans les cours étrangères, et vivant le plus souvent au-delà des frontières au XVIIe siècle, les duchés forment depuis le XVe siècle une interzone façonnée par des forces extérieures.

La situation limitrophe de la Lorraine est en effet propice aux interconnexions, aux transferts de personnes, d’objets et d’idées, dont la cour, lieu de communication par excellence entre les élites, offre un observatoire intéressant. Ces journées d’études voudraient montrer les différentes facettes du mélange des cultures lié à la (re)formation d’une cour (moins étudiée que celle qui lui succède avec l’avènement de Stanislas) après une éclipse de près d’un demi-siècle : présences étrangères, apports extérieurs dans la sociabilité de cour, dans l’organisation de la maison princière, modalités et agents des échanges dans le domaine des arts, sont autant d’aspects à explorer afin de mesurer le degré d’ouverture du milieu curial lorrain.

Cette rencontre voudrait interroger les liens entre le cosmopolitisme qui annonce l’avènement des Lumières, et les élites frontalières, au moment où les sociétés européennes sont tiraillées entre enracinement et détachement.

 

Une journée et demie de communications (25 mn) et une visite du château le 13 après-midi par Thierry Franz.

les mercredis du CRULH

Un mercredi par mois, le CRULH invite à Metz un historien, pour présenter ses recherches, en lien avec l’actualité de la recherche historique, et pour dialoguer avec le public.

Les invités sont antiquisants, médiévistes, modernistes ou contemporanéistes, enseignants à l’Université de Lorraine ou extérieurs. Ces conférences sont gratuites et ouvertes à tous : historiens ou non, étudiants et enseignants, simples amateurs d’histoire.
Les conférences ont lieu le mercredi de 18h à 19h10, à Metz sur le campus du Saulcy, bâtiment de l’UFR Sciences Humaines et Sociales, en salle du conseil (D 206, 2e étage).

Dans la mesure du possible, le CRULH s’éfforcera de mettre en ligne les podcasts de ces évènements.

 

Contact : Leonard Dauphant

Programme

27 mai 2015 : Aurélie Chatenet-Calyste (Université de Lorraine, Metz), Papiers privés et écriture biographique : le cas de Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti (1731-1803).

6 mai 2015 : Cédric Brelaz (Université de Strasbourg), Le devenir de la démocratie grecque sous la domination de Rome: pratiques et mentalités politiques à l’époque postclassique.

 

25 mars 2015 : Mylène Didiot (Université de Lorraine, Metz), L’étude des comptes des Gouverneurs des Murs (1463-1543) : un nouveau regard sur les fortifications médiévales de la ville de Metz.

 

4 mars 2015 : Dominique Adrian (Université de Lorraine, Metz), La vie politique dans les villes d’Allemagne du Sud à la fin du Moyen Âge.

 

28 janvier 2015 : Julien Léonard (Université de Lorraine, Nancy), Entre protection royale et identité municipale messine, les combats d’André Valladier, abbé de Saint-Arnoul à Metz (1611-1638).

 

3 décembre 2014 : Laurent Lemarchand ( (Université de Rouen), 1715 : Louis XIV meurt, l’absolutisme demeure ?

 

22 octobre 2014 : François Audigier (Université de Lorraine, Metz), Etudier la violence militante en historien, réflexions autour de la thèse de la pacification progressive de la vie politique française durant le XXe siècle.

 

 

Héros grecs à travers le temps. Autour de Bellérophon, Cadmos, Persée, Thésée…

Héros grecs à travers le temps. Autour de Bellérophon, Cadmos, Persée, Thésée…

La mythologie grecque est l’une des composantes principales du patrimoine culturel occidental, peut-être même la plus évidente. Elle a traversé les siècles, imprégné tous les modes d’expression, et, loin d’accompagner l’extinction des langues anciennes, elle intéresse de nos jours un public très large et inspire une part importante de la création contemporaine, notamment au cinéma.

Du Thésée du Vase François, au VIe siècle avant notre ère, à celui des Immortels de Tarsem Singh en 2011, du Persée de la Théogonie d’Hésiode à celui du Choc des Titans et de la Colère des Titans, voire au personnage de Percy Jackson, il est certain que les héros ont changé, et leurs aventures aussi…

 

Mais les œuvres cinématographiques de ces dernières années, dont on souligne souvent les libertés qu’elles prennent avec la tradition, ne sont finalement guère plus irrespectueuses que les auteurs des siècles antérieurs vis-à-vis des mythes antiques. Ceux-ci n’ont cessé d’être réécrits, repensés, reformulés, et cette mutabilité extrême leur est en quelque sorte consubstantielle. Nul ne s’offusquait, dans l’Athènes du Ve siècle avant notre ère, lorsque Eschyle ou Euripide ajoutait de nouveaux épisodes à la geste de tel ou tel héros – on allait au contraire voir au théâtre comment les Tragiques avaient accommodé cette année-là les « vieilles histoires » pour évoquer, en fait, l’actualité la plus récente.

L’émergence d’une culture gréco-romaine n’a pas enrayé le processus créatif, et les Métamorphoses d’Ovide, en particulier, illustrent de façon éclatante la malléabilité de la matière mythologique – des Métamorphoses dont on sait l’influence, tant au Moyen Âge qu’à l’époque moderne et jusqu’à nos jours, et aussi bien dans la littérature, la musique (ainsi, les tragédies lyriques des XVIIe et XVIIIe s.) que la peinture et, tout récemment, le cinéma (avec le film de Christophe Honoré, sorti le 3 septembre 2014).

Dans le sillage d’Ovide ou par le biais d’autres filiations, nourries d’un retour aux sources ou fruit de croisements complexes, les mythes grecs sont restés vivants, résistant à l’entreprise ancienne des mythographes classificateurs comme à celle du positivisme. Sans doute y a-t-il eu une phase de latence, où les héros immémoriaux de notre imaginaire collectif ont été en quelque sorte domestiqués, envisagés comme des métaphores (la psychanalyse y a été pour beaucoup, mais la même tendance se constate dans nombre d’œuvres littéraires, tel le Thésée d’André Gide). Se seraient-ils réveillés, voire révoltés ? Car il semblerait bien que le temps des images fortes soit revenu, images de héros éclatants, de combats terribles, de monstres effrayants.

C’est donc la transmission que l’on souhaite étudier dans ce colloque – la transmission à travers les siècles et dans toutes les formes d’expression – et surtout ses méandres, ses détours et ses résurgences.

Il ne saurait bien sûr être question d’embrasser en une seule rencontre toute la mythologie grecque. Nous proposons de concentrer les travaux sur les quatre héros Bellérophon, Cadmos, Persée et Thésée, qui présentent entre eux de fortes similitudes. De sang royal mais en butte à l’adversité, c’est loin de chez eux et en triomphant d’ennemis réputés invincibles, créatures monstrueuses pour la plupart, qu’ils peuvent finalement accéder à un pouvoir jusque-là impossible. Cette légitimation par l’exploit explique en partie le succès de ces héros bien au-delà des cités grecques qui les avaient créés ou se les étaient accaparés, mais, plus largement, leurs combats contre des monstres en ont fait des archétypes, avec toutefois des nuances différentes selon les contextes – souverain conforté dans son pouvoir, héros civilisateur ou encore incarnation de valeurs morales, autant d’aspects que la littérature et les arts ont développés et interprétés en fonction des préoccupations et de l’esthétique de leur époque.

La liste toutefois n’est pas nécessairement fermée, et il peut être intéressant, bien sûr, de prendre en compte les personnages liés à ces héros, notamment les figures féminines, dont le rôle et la place dans le mythe ont sensiblement évolué avec le temps et plus particulièrement dans les arts visuels ; comme il pourrait être intéressant aussi d’étudier, en contrepoint, une autre figure majeure de l’héritage antique, présente dans la culture occidentale de l’époque médiévale à nos jours, à la fois proche et différente des quatre premières, par exemple un grand héros de l’épopée.

Les contributions pourront s’intéresser à un seul de ces héros ou à plusieurs, se concentrer sur une époque précise ou adopter une perspective diachronique, envisager les productions d’une seule forme d’expression ou confronter des œuvres de natures différentes, qu’il s’agisse de littérature, de peinture, de sculpture, de musique, de danse, de théâtre, de cinéma…

Nous prévoyons des communications d’une durée de 30 minutes et souhaiterions recevoir les propositions, avec un titre provisoire, au plus tard le 15 décembre 2014.

Le titre définitif, accompagné d’un résumé d’au moins une dizaine de lignes, est attendu pour le 28 février 2015.

 

Date : 28-30 mai 2015

Lieu : Cloître des Récollets, Metz

Comité scientifique :

Jeanne-Marie DEMAROLLE, Professeur émérite d’Histoire romaine (Université de Lorraine).
Frédérique LACHAUD, Professeur d’Histoire médiévale (Université de Lorraine), directrice adjointe du CRULH.
François LISSARRAGUE, Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Organisateur et contact :

Laurence Baurain-Rebillard, Maître de conférences en histoire grecque (Université de Lorraine).
Mail : laurence.baurain@univ-lorraine.fr

Les services d’ordre de partis et de syndicats en France de la fin du XIXe siècle à nos jours.

Les services d’ordre de partis et de syndicats en France de la fin du XIXe siècle à nos jours. Les enjeux de  gestion militante de la violence politique : ce que l’appareil de sécurité révèle en matière de culture politique…

 

L’étude des services d’ordre de partis ou syndicats, ces organisations militantes chargées de gérer la violence politique, est très négligée en dehors de quelques travaux portant sur le service d’ordre communiste dans l’entre-deux-guerres (Georges Vidal, Sylvain Boulouque, David François) ou sur le service d’ordre gaulliste (François Audigier). Les historiens du politique hésitent encore à se pencher sur ces formations perçues de manière souvent caricaturale comme un rassemblement de nervis avinés échangeant entre eux insultes et horions. Les appréhender comme objet d’étude à part entière suppose de reconsidérer la notion d’acteur politique, de sortir d’une approche peut-être trop élitiste du personnel et de l’action politique pour privilégier le militant, la base et le terrain dans ce que ceux-ci peuvent avoir parfois de médiocre. Les politologues ont ouvert la voie en la matière. Dans un ouvrage collectif dirigé en 1990 par Pierre Favre et portant sur la manifestation, Dominique Cardon et Jean-Philippe Heurtin s’étaient déjà penchés sur les origines du service d’ordre à la Belle Epoque et surtout sur les enjeux politiques de cette nouvelle organisation.

Le service d’ordre ne se limite pas en effet à la seule mission « technique » apparente de garantir la sécurité des manifestants (en assurant une police interne du cortège). Le SO possède une fonction plus symbolique: afficher « l’ordre de la manifestation » et par là-même sa nature politique et légitime. En constituant des chaînes ou cordon de protection autour des manifestants, en plaçant les groupes au sein du défilé et les leaders en tête du cortège, en distribuant le matériel (pancartes et insignes), en établissant le contact avec ses « homologues » de la police comme avec les services de secours et les journalistes (qui peuvent franchir leur barrage avec un coupe-file), le service d’ordre fait « tenir les rangs » selon l’expression de l’époque et délimite ainsi un espace particulier qui est celui de la manifestation autorisée. En opposant l’ordre au désordre, la paix à la violence, l’organisé au désorganisé, les gros bras créent « les éléments constitutifs d’un cortège et imposent la perception de celui-ci comme forme manifestante » (D.Cardon et J-P.Heurtin). Parce qu’il tient les rangs, le SO uniformise les pratiques et expressions de la protestation. Il transforme une foule en manifestants et permet à l’organisation à l’origine du rassemblement de s’en instituer le porte-parole et d’en recueillir le bénéfice politique.

L’émergence puis le recours régulier à un service d’ordre a plusieurs conséquences importantes. A partir du moment où le calme du cortège est assuré par le SO, surgit la question de la provocation. Dès lors que les organisateurs ont la certitude de « tenir les rangs », les dérapages ne peuvent venir que d’éléments extérieurs, voire de la police elle-même. Par ailleurs, l’encadrement réussi des foules et la pacification des cortèges qui en découlent, incitent les autorités à ne plus systématiquement interdire les manifestations politiques. La liberté de manifester est ainsi acquise dans les faits avant-guerre. Enfin, la manifestation, une fois réglée et normalisée par le SO, devient un « instrument politique » au même titre que l’action parlementaire. Le registre d’expression des partis et syndicats se diversifie. Sur une période plus récente, la sociologue du politique Isabelle Sommier a analysé l’évolution du service d’ordre de la CGT des années 1950 aux années 1980 en montrant comment cet appareil marqué autrefois par une culture de l’affrontement remontant à l’entre-deux-guerres et à la Guerre froide, avait évolué vers un « service d’accueil » prévenant les heurts et jouant l’apaisement. Autre illustration de la pacification de la vie politique française…

Le CRULH (et plus précisément l’axe 2 de ce laboratoire, « Politique et conflits »), organise en juin 2015 une journée d’étude portant sur les services d’ordre et appréhendant ce type d’organisation sur le temps long, de la fin du XIXème siècle à nos jours. Il s’agira, au-delà du SO, d’analyser un modèle politique en jeu. L’appareil de sécurité permet en effet d’aborder indirectement la question du rapport à la violence qui éclaire elle-même l’évolution de la vie politique en général et celle d’un courant politique en particulier. Dans cette perspective, les « commissaires » de Déroulède, les « camelots du Roi » de l’Action française, les « hommes de confiance » de la SFIO, la « brigade de fer » des Jeunesses Patriotes, les « dispo » des Croix de feu, les TPPS socialistes, les « groupes d’autodéfense » communistes, les gros bras du SAC jusqu’aux membres du SOR (Service d’Ordre Républicain) du RPR des années 1980 ou du DPS (Département Protection Sécurité) du Front national d’aujourd’hui, ont beaucoup à nous dire. La journée d’étude montrera combien le fonctionnement d’un service d’ordre livre informe sur la culture politique du parti auquel le SO est rattaché et sur l’environnement politique dans lequel ce même parti s’insère et évolue. Entre modèle militaire et modèle policier, les modalités d’organisation et de fonctionnement de ces appareils de sécurité évoluent fortement à l’échelle du XXème siècle à la faveur du contexte politique et socio-culturel dans lequel ils s’inscrivent, sans oublier l’effet des influences étrangères parfois déterminantes. Sous cet angle, l’étude des services d’ordre peut se révéler un prisme éclairant tout le champ de l’histoire politique.

Les personnes intéressées par cette manifestation sont invités à envoyer leur proposition de communication avant la fin décembre 2014 à l’organisateur de cette journée d’étude : François AUDIGIER, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine, pôle Metz (francois.audigier@univ-lorraine.fr)

Date : mi juin 2015

Lieu : Université de Lorraine (UL), site de Metz

Organisateur : François Audigier (PR Histoire Contemporaine UL – CRULH)

Comité scientifique : François Audigier (PR Histoire Contemporaine UL – CRULH), François Cochet (PR Histoire Contemporaine UL – CRULH), Olivier Dard (PR Histoire Contemporaine Paris iV – Sorbonne)

François Cochet

François Cochet, Professeur d’Histoire contemporaine à l’UFR SHS-Metz  a le plaisir de vous annoncer la parution de ses dernières publications que pourrez retrouver dans :

– Expérience combattante / XIX° – XXI° siècles / Tome IV / L’expérience traumatique aux éditions Actes académiques
– Archives de la Grande Guerre : Des sources pour l’histoire aux Presses universitaires de Rennes
– Foi, religion et sacré dans la Grande Guerre aux éditions Artois Presses Université

– I Guerra Mundial. Globalização e Guerra Total aux éditions LER historia n°66

Nos enseignants-chercheurs publient : Christine Barralis, Eglise et Etat, Eglise ou Etat ? Les clercs et la genèse de l’Etat moderne.

Eglise et Etat, Eglise ou Etat ? Les clercs et la genèse de l’Etat moderne.

Auteur : Christine Barralis, Jean-Patrice Boudet, Fabrice Delivré et Jean-Philippe Genet (Dir.)
Editeur : Publications de la Sorbonne, 2014, 500 pages.

Résumé :
Vingt-cinq ans après la parution des actes du colloque État et Église dans la genèse de l’État moderne, la retraite d’Hélène Millet nous donne une excellente occasion de mesurer le chemin parcouru depuis 1986 et de faire un nouveau bilan en renversant les données de la question. Dans quelle mesure les clercs ont-ils participé à la genèse de l’État moderne et à la naissance de l’institution ecclésiale en tant qu’État aux derniers siècles du Moyen Âge ? Dans quelle mesure ont-ils au contraire résisté à ce double processus et suscité des contre-pouvoirs ? Quels ont été les contacts et la circulation des modèles organisationnels et culturels entre la curie pontificale et les cours royales et princières ? L’importance de ces problèmes que de nombreux travaux récents – à commencer par ceux d’Hélène Millet – ont profondément renouvelé a conduit à leur consacrer l’une des quatre conférences du cycle Comparative Political Studies du programme Signs and States (European Research Council). En choisissant Bourges comme lieu de réunion, les organisateurs du colloque ont opté pour un lieu privilégié d’expression de la puissance rivale de l’Ecclesia illustré par la Pragmatique Sanction. C’est aussi la cité de l’un des princes les plus fastueux du xve siècle, Jean de Berry, et la capitale temporaire du roi de France, Charles VII.

Frédérique Lachaud

Parution du Companion to John of Salisbury (Brill’s Companions to the Christian Tradition, vol. 57), édité par Frédérique Lachaud et Christophe Grellard, avec des contributions de

Julie Barrau, David Bloch, Karen Bollermann, Cédric Giraud, Christophe Grellard, Laure Hermand-Schebat, Frédérique Lachaud, Constant Mews, Clare Monagle, Cary Nederman, Ronald Pepin, Yves Sassier, Sigbjorn Sonnesyn.
http://www.brill.com/products/book/companion-john-salisbury

 

C. Schwentzel, Cléopâtre, la déesse-reine

Christian-Georges SCHWENTZEL, Cléopâtre la déesse-reine, Payot, octobre 2014.

Femme fatale par excellence, à la beauté légendaire et à la mort tragique, Cléopâtre (v. 69 av. J.-C.–30 av. J.-C.) est sans doute la plus célèbre des femmes de l’Antiquité. Son nom même, honni par les poètes latins, est évocateur de luxe, de pouvoir et d’érotisme. Dans son sillage vénéneux, elle a entraîné tour à tour le grand César, père putatif du petit Césarion, et son successeur Marc Antoine, vaincu de la bataille d’Actium.

Depuis dix ans, d’importantes découvertes archéologiques, numismatiques et épigraphiques ont fait progresser notre connaissance de la reine d’Égypte. À la fois « pharaonne » traditionnelle pour ses sujets égyptiens et reine macédonienne, descendante d’un officier d’Alexandre le Grand, pour les Grecs, elle assume une double identité culturelle : déesse-reine, la dernière des Ptolémées se veut la réincarnation d’Isis autant que celle d’Aphrodite. Héritière d’un empire « ami » des Romains, en fait un protectorat de Rome, Cléopâtre rêve de la fusion d’un grand et puissant Empire romano-ptolémaïque. Sa démesure en a fait un mythe, mille fois exploité et réinterprété à travers les siècles. C’est à une relecture de ses divers visages que nous convie l’auteur, en Europe mais aussi, et de façon surprenante, dans le monde arabe ou en Amérique du Nord, où elle fait figure d’icône noire.

nos enseignants-chercheurs publient : C. Bourdieu, Les Trois-Evêchés et l’étranger.

Les Trois-Evêchés et l’étranger.

Testament spirituel

 

 

Textes réunis par Catherine Bourdieu-Weiss.

 Numéro 52. Paru en 2014. http://crulh.univ-lorraine.fr/content/crulh-collection

Sommaire :

Catherine Bourdieu-Weiss : Introduction

Anne Adrian : La « Maison des Têtes » : deux orientaux à Metz au XVIe siècle

Raphaël Tassin : L’Italie et l’architecture de Toul à la Renaissance

Jean-Luc Liez : Quelques images des Trois-Evêchés issues de la collection de sceaux du musée de la Princerie à Verdun

Catherine Bourdieu-Weiss :Les artistes étrangers à Metz aux XVIIe et XVIIIe siècles

Eric Durot : Les Trois-Evêchés et les Guises, en double destin français au XVIe siècle

Marie-Catherine Vignal-Souleyreau : Les sentences de M. Lebret : tentative d’ingérence française et réaction lorraine dans les Trois-Evêchés en 1625-1626

Benoît Boutet : Le parlement de Metz, un creuset original. Réflexion sur la notion d’étranger : être « étranger » aux Trois-Evêchés, s’enraciner et se déraciner

Cédric Andriot : Le discours aux Juifs de Metz de Jean Bedel, ou comment convertir les étrangers de l’intérieur (Mtez, 1651) ?

Julien Léonard : Le regard des chrétiens sur les Juifs à Metz aux XVIe et XVIIe siècle : voisins ou étrangers ?

Michaël George : Le chapitre cathédral de Verdun et l’étranger à la charnière des XVe et XVIe siècle : réflexions autour de la réception du concordat germanique (1519) et du recrutement des chanoines

Frédéric Schwindt : Mennonites et Amishs dans l’Evêché de Metz avant la Révolution

François Cochet Idées reçues sur la Première Guerre mondiale.

Idées reçues sur la Première Guerre mondiale.

Auteur :  François Cochet.
Editeur : Paris, Le Cavalier Bleu, 2014, 200 pages.

Résumé : Notre société française du XXIe siècle est fascinée par la Première Guerre mondiale. L’édition, le cinéma et la télévision se sont emparés du sujet, véhiculant par là-même de nombreuses idées reçues. Car la mémoire est à l’histoire ce que la caricature est au dessin, elle force le trait, exagère, simplifie : « L’assassinat de François-Ferdinand a déclenché le début des hostilités », « Ce fut principalement une guerre de tranchées », « Les femmes sont mises au travail », « Clemenceau et Pétain ont fait gagner la guerre », « Sans les Etats-Unis, la guerre aurait été perdue », « Toute une génération a été inutilement sacrifiée… ». François Cochet s’attache ici à rétablir les faits et nuancer la vulgate de cette « Grande Guerre » qui continue de hanter les esprits.

 

François Cochet La Grande Guerre : fin d’un monde, début d’un siècle.

La Grande Guerre : fin d’un monde, début d’un siècle.

Auteur :  François Cochet.
Editeur : Paris, Perrin, 2014, 517 pages.

Résumé : La guerre de 1914-1918 ouvre tragiquement le XXe siècle, souvent nommé le « siècle de la guerre ». Mais ce conflit n’a pas soudainement éclaté à l’été 1914 pour s’interrompre tout aussi brutalement en 1918 : il s’inscrit mentalement dans des comportements issus d’un long XIXe siècle, tout autant qu’il innove et ouvre la voie aux affrontements du XXe siècle. Sondant les mentalités, l’action des chefs comme des humbles, des civils comme des militaires, interrogeant les attitudes de ceux qui décident, autant que de ceux qui vivent la guerre dans le froid des usines ou dans la boue des tranchées, l’auteur envisage, sans parti pris, toutes les dimensions – militaires, économiques, sociales et politiques – de ce conflit total.
Il aborde aussi bien le monde des combattants que celui des arrières, les fronts européens qu’asiatiques ou africains. Synthèse d’ampleur, l’ouvrage répond à toutes les questions que l’honnête homme se pose sur cet affrontement parfois dantesque. Refusant de céder à une lecture partisane et exclusivement hexagonale, il se place résolument dans une approche comparative de la première des deux guerres mondiales, un conflit qui a profondément marqué les sociétés contemporaines et demeure, pour les Français, LA Grande Guerre par l’ampleur des pertes, des destructions et des deuils..

 

Nos enseignants-chercheurs publient : C. Schwentzel et al. , Le monde romain

Christian Schwentzel, Laurent Lamoine, Blaise Pichon, Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C.

Auteurs :  Christian Schwentzel, Laurent Lamoine, Blaise Pichon.
Editeur : Armand Colin, SEDES, 2014, 288 pages.

Résumé : Cet ouvrage traite d’un siècle et demi de l’histoire de Rome que l’historiographie traditionnelle sépare généralement en deux périodes distinctes : la fin de la République, jusqu’en 30 ou 27 av. J.-C., et le début de l’Empire. Cette périodisation tranchée repose sur l’idée, aujourd’hui discutée, qu’Auguste aurait mis en place un type de régime fondamentalement nouveau. Les bornes chronologiques correspondent à deux recensements. En 70 av. J.-C., le dernier census républicain entérine l’accès de tous les Italiens à la citoyenneté romaine ; en 73 apr. J.-C., la censure de Vespasien et Titus légitime l’emprise de la dynastie flavienne sur l’Empire. Cinq grandes problématiques, en lien avec la recherche récente, sont mises en évidence : la construction d’un pouvoir personnel, de type monarchique, par les imperatores, notamment Jules César, puis par Auguste ; les transformations politiques conduisant de la République au principat ; l’intégration dans le monde romain, espace de paix et de prospérité ; la place de Rome et plus largement de l’Italie dans ce monde romain ; la définition de la romanité et le phénomène de la romanisation.

 

Nos enseignants-chercheurs publient : M. Sève

Philippes. 1914-2014. 100 ans de recherches françaises.

Auteur :  Michel Sève.
Editeur : Ecole Française d’Athènes, 2014, 280 pages, 197 illustrations.

Résumé : Les fouilles de l’Ecole française d’Athènes à Philippes, commencées en 1914, ont été actives de 1920 à 1937, avant leur reprise en 1977. Elles ont produit un important matériel scientifique, photographies, dessins d’architecture, manuscrits et estampages, conservé aux archives de l’EFA et dans le riche fonds photographique Paul Collart de l’Université de Lausanne. A partir d’une documentation presque entièrement inédite, le présent ouvrage, centré sur la période 1914-1950, qui prolonge l’exposition du centenaire inaugurée à Thessalonique et à Kavala en octobre 2014, retrace l’histoire des fouilles, évoque les méthodes et les conditions de travail des archéologues, et fait revivre les paysages et les populations d’une région qui s’est profondément transformée.