François Cochet Idées reçues sur la Première Guerre mondiale.

Idées reçues sur la Première Guerre mondiale.

Auteur :  François Cochet.
Editeur : Paris, Le Cavalier Bleu, 2014, 200 pages.

Résumé : Notre société française du XXIe siècle est fascinée par la Première Guerre mondiale. L’édition, le cinéma et la télévision se sont emparés du sujet, véhiculant par là-même de nombreuses idées reçues. Car la mémoire est à l’histoire ce que la caricature est au dessin, elle force le trait, exagère, simplifie : « L’assassinat de François-Ferdinand a déclenché le début des hostilités », « Ce fut principalement une guerre de tranchées », « Les femmes sont mises au travail », « Clemenceau et Pétain ont fait gagner la guerre », « Sans les Etats-Unis, la guerre aurait été perdue », « Toute une génération a été inutilement sacrifiée… ». François Cochet s’attache ici à rétablir les faits et nuancer la vulgate de cette « Grande Guerre » qui continue de hanter les esprits.

 

François Cochet La Grande Guerre : fin d’un monde, début d’un siècle.

La Grande Guerre : fin d’un monde, début d’un siècle.

Auteur :  François Cochet.
Editeur : Paris, Perrin, 2014, 517 pages.

Résumé : La guerre de 1914-1918 ouvre tragiquement le XXe siècle, souvent nommé le « siècle de la guerre ». Mais ce conflit n’a pas soudainement éclaté à l’été 1914 pour s’interrompre tout aussi brutalement en 1918 : il s’inscrit mentalement dans des comportements issus d’un long XIXe siècle, tout autant qu’il innove et ouvre la voie aux affrontements du XXe siècle. Sondant les mentalités, l’action des chefs comme des humbles, des civils comme des militaires, interrogeant les attitudes de ceux qui décident, autant que de ceux qui vivent la guerre dans le froid des usines ou dans la boue des tranchées, l’auteur envisage, sans parti pris, toutes les dimensions – militaires, économiques, sociales et politiques – de ce conflit total.
Il aborde aussi bien le monde des combattants que celui des arrières, les fronts européens qu’asiatiques ou africains. Synthèse d’ampleur, l’ouvrage répond à toutes les questions que l’honnête homme se pose sur cet affrontement parfois dantesque. Refusant de céder à une lecture partisane et exclusivement hexagonale, il se place résolument dans une approche comparative de la première des deux guerres mondiales, un conflit qui a profondément marqué les sociétés contemporaines et demeure, pour les Français, LA Grande Guerre par l’ampleur des pertes, des destructions et des deuils..

 

Nos enseignants-chercheurs publient : C. Schwentzel et al. , Le monde romain

Christian Schwentzel, Laurent Lamoine, Blaise Pichon, Le monde romain de 70 av. J.-C. à 73 apr. J.-C.

Auteurs :  Christian Schwentzel, Laurent Lamoine, Blaise Pichon.
Editeur : Armand Colin, SEDES, 2014, 288 pages.

Résumé : Cet ouvrage traite d’un siècle et demi de l’histoire de Rome que l’historiographie traditionnelle sépare généralement en deux périodes distinctes : la fin de la République, jusqu’en 30 ou 27 av. J.-C., et le début de l’Empire. Cette périodisation tranchée repose sur l’idée, aujourd’hui discutée, qu’Auguste aurait mis en place un type de régime fondamentalement nouveau. Les bornes chronologiques correspondent à deux recensements. En 70 av. J.-C., le dernier census républicain entérine l’accès de tous les Italiens à la citoyenneté romaine ; en 73 apr. J.-C., la censure de Vespasien et Titus légitime l’emprise de la dynastie flavienne sur l’Empire. Cinq grandes problématiques, en lien avec la recherche récente, sont mises en évidence : la construction d’un pouvoir personnel, de type monarchique, par les imperatores, notamment Jules César, puis par Auguste ; les transformations politiques conduisant de la République au principat ; l’intégration dans le monde romain, espace de paix et de prospérité ; la place de Rome et plus largement de l’Italie dans ce monde romain ; la définition de la romanité et le phénomène de la romanisation.

 

Nos enseignants-chercheurs publient : M. Sève

Philippes. 1914-2014. 100 ans de recherches françaises.

Auteur :  Michel Sève.
Editeur : Ecole Française d’Athènes, 2014, 280 pages, 197 illustrations.

Résumé : Les fouilles de l’Ecole française d’Athènes à Philippes, commencées en 1914, ont été actives de 1920 à 1937, avant leur reprise en 1977. Elles ont produit un important matériel scientifique, photographies, dessins d’architecture, manuscrits et estampages, conservé aux archives de l’EFA et dans le riche fonds photographique Paul Collart de l’Université de Lausanne. A partir d’une documentation presque entièrement inédite, le présent ouvrage, centré sur la période 1914-1950, qui prolonge l’exposition du centenaire inaugurée à Thessalonique et à Kavala en octobre 2014, retrace l’histoire des fouilles, évoque les méthodes et les conditions de travail des archéologues, et fait revivre les paysages et les populations d’une région qui s’est profondément transformée.

 

Frédérique Lachaud, Le serment …

Le serment dans les villes du bas Moyen Age.

Auteur :  Frédérique Lachaud et Laurence Buchholzer (Dir.)
Editeur : Histoire Urbaine, Société Française d’Histoire Urbaine, n° 39, 2014, 198 pages.

Résumé : Le serment consiste en l’énoncé oral et ritualisé d’un texte, qui peut être écrit, et qui est composé d’une ou de plusieurs formules. Celles-ci énoncent les autorités invoquées (Dieu, les saints, les Évangiles), attestent la vérité d’une cause ou d’un témoignage, ou établissent, généralement pour un temps déterminé, les obligations du ou des prestataires.

 

 

 

Nos enseignants chercheurs publient : Léonard Dauphant

Léonard Dauphant, Le royaume des quatre rivières: l’espace politique français (1380-1515), Préface d’Elisabeth Crouzet-Pavan

Pendant des siècles, le royaume de France a été défini par les quatre rivières qui délimitaient ses frontières: le Rhône, la Saône, la Meuse et l’Escaut. Pourtant, la naissance de la «nation France» n’a lieu qu’à la fin de la guerre de Cent Ans, au milieu du xve siècle. En ces temps de crise multiple, économique, démographique, politique, comment le roi de France pouvait-il se représenter le territoire de son royaume et gouverner les 450000 km2 de sa souveraineté?
Le pays ne s’est pas unifié seulement par l’uniformisation et la centralisation, ni par une marche forcée vers «l’absolutisme», mais par la formation d’espaces nettement différenciés: des provinces sont gouvernées par le roi, d’autres sont confiées à un gouverneur, à un prince ou à un parlement. L’unité royale et l’État d’offices n’empêchent nullement la construction et l’affirmation de fortes identités régionales, comme en Languedoc, en Normandie ou en Bretagne. Au début du xvie siècle, la France devient ainsi un État-nation original, État royal et territorial mixte et polymorphe, à la fois unitaire et hétérogène. Cette organisation survit jusqu’à la Révolution; son souvenir structure encore, aujourd’hui, l’identité française.
Fruit d’une méthode originale, ce livre montre quelle était la culture géographique des Français de la fin du Moyen Âge et l’impact durable de leurs façons de se représenter l’espace (avec les premières cartes), de voyager et de communiquer, de gouverner et de vivre ensemble.

Nos enseignants-chercheurs publient : A. Chatenet-Calyste

Aurélie Chatenet-Calyste, Une consommation aristocratique, fin de siècle – Marie-Fortunée d’Este, princesse de Conti 1731-1803,  2013

 

cover

Marie-Fortunée d’Este (1731-1803) princesse d’origine modénaise, épouse en 1759 Louis-François Joseph de Bourbon-Conti, comte de La Marche. En 1776, elle se sépare de son mari et mène une vie autonome partagée entre son hôtel parisien de la rue Saint-Dominique et son château de Triel à l’ouest de la capitale. Dès les premières semaines de la Révolution, elle quitte Paris ; ses pérégrinations européennes la conduisent à Venise où elle décède en 1803.
Dépassant la simple biographie, ce livre mobilise les problématiques de l’histoire économique, sociale, culturelle pour explorer les modes de consommation d’une princesse. L’étude, fondée sur des papiers personnels, notamment les abondantes sources conservées aux Archives nationales, –comptes de sa « Maison »– ainsi qu’une partie de sa correspondance extraite des Archives de Modène interroge l’économie du quotidien princier, l’appropriation féminine des biens, la spécificité du luxe au féminin.


Sommaire

Première partie : Les cadres de la consommation : une maison féminine et princière

– Chapitre Premier : La maison d’une princesse du sang à la fin du XVIIIe siècle
– Chapitre 2 : La suite aristocratique de Marie-Fortunée d’Este
– Chapitre 3 : Les finances d’une princesse du sang
– Chapitre 4 : Les fournisseurs de la princesse de Conti

Deuxième partie : Un train de vie aristocratique et féminin à la fin du XVIIIe siècle

– Chapitre 5 : Les résidences L’hôtel et le château
– Chapitre 6 : La table d’une princesse
– Chapitre 7 : Les apparences d’une princesse du sang

Troisième partie : Une princesse entre le monde et Dieu

– Chapitre 8 : En voiture ! La mobilité d’une princesse du sang à la fin du XVIIIe siècle
– Chapitre 9 : La sociabilité d’une princesse
– Chapitre 10 : Les occupations de la princesse  entre pratiques intellectuelles et divertissements
– Chapitre 11 : La piété d’une princesse
– Conclusion générale
– Sources manuscrites
– Sources imprimées


Politique et Conflits

Le carnet du master Études du politique et des conflits a pour objet d’étudier à la fois l’histoire des conflits sous des angles peu explorés (la constitution d’une expérience combattante, les cultures militaires, les « fronts intérieurs », l’impact des conflits sur les sociétés, le règlement des conflits au sein des sociétés du passé…) et d’envisager le politique sous tous ses aspects (gestion du pouvoir, discours sur le politique, structures de gouvernement et systèmes étatiques, réseaux de pouvoirs et encadrement des populations…). L’étude conjointe de ces deux grandes thématiques permet d’envisager dans leur globalité les questions de pacification et de conflits et d’approcher ainsi le cœur même du fonctionnement des sociétés humaines.