colloque « Échanges, passages et transferts à la cour du duc Léopold (1698-1729) » 12-13 mai 2015, Lunéville

« Échanges, passages et transferts à la cour du duc Léopold (1698-1729) » 

Forme

 

 

                              Claude Jacquart, Portrait équestre du duc Léopold (vers 1720)

Colloque organisé par Anne Motta (Université de Lorraine)

anne.motta@univ-lorraine.fr

                                                                   Entrée libre 

 

 Mardi 12 mai 2015  Matinée : chapelle du château de Lunéville 

 

8h30 : Accueil

 

9h : Discours d’accueil (Conseil Départemental de Meurthe-et-Moselle, Centre

Régional Universitaire Lorrain d’Histoire , Institut d’Histoire Culturelle Européenne)

 

9h15-9h30 : Anne Motta (Université de Lorraine) : Introduction 

 

9h30-10h15 : Conférence inaugurale par Daniel Roche (Collège de France), « Cosmopolitisme au XVIIIe siècle, localisme et ouverture ». 

 

 

Présidence de séance : Didier Francfort (IHCE) 

 

L’étranger dans l’espace aulique : figures multiples 

 

10h20-10h45 : Général Alain Petiot (Académie de Stanislas, Nancy) : « D’Innsbruck à Lunéville. L’expérience de l’exil du duc Léopold ».  

 

10h45-11h10 : Frédéric Richard-Maupillier (Avocat, Metz) : « Les Irlandais à la cour de Lorraine ». 

 

11h10-11h20 : Débat 

11h20-11h35 : Pause 

 

11h35-12h00 : Catherine Guyon (Université de Lorraine) : « Les hommes d’Église, les étrangers et la diversité culturelle à Lunéville sous le règne du duc Léopold ». 

 

12h00- 12h25 : Jean Boutier (EHESS Marseille) : « À l’épreuve du cosmopolitisme. 

Les noblesses européennes à l’académie de Lunéville-Nancy, 1699-1730 ». 

 

 

12h25-12h40 : Débat 

 

 Mardi 12 mai 2015 Après-midi : pavillon du commun nord 

 

 

Présidence de séance : Jean Boutier (EHESS, Marseille) 

 

Une cour des confins : entre France et Empire 

  

 

14h30 – 14h55 : Renate Zedinger (Université de Vienne) : « Entre Vienne et Versailles  : un enjeu politique difficile pour Léopold de Lorraine  ». 

 

14h55-15h20 : Jonathan Spangler (Manchester Metropolitan University) : « Les stratégies d’accroissement de la gloire ducale par le rappel des princes du sang lorrains ». 

 

15h20-15h45 : Amélie Voisin (Doctorante, Université Lyon 2) : « Fascination, dédain et crainte : le duc Léopold face à l’influence française ».  

 

15h45-15h55 : Débat 

15h55-16h15 : Pause 

 

16h15-16h40 : Benoît Boutet (Docteur en histoire) : « Des hommes, des familles proches de la cour ducale accédant au parlement de Metz ».  

 

16h40-17h05 : Laurent Jalabert (Université de Lorraine) : « Monsieur d’Audiffret, résident, observateur et espion à la cour de Lorraine (1703-1733). 

 

17h05-17h30 : Eric Hassler (Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine, Université de Paris 1) : « « Mes estats estant situés entre l’Allemagne et la France, il faudra prendre de l’une et de l’autre ». Vienne, Versailles, Lunéville : réflexions sur les « modèles » de cour entre la fin du XVIIe et le premier tiers du XVIIIe siècle ». 

 

17h30-17h40 : Débat 

 

  

Mercredi 13 mai 2015 Matinée : pavillon du commun nord 

 

Présidence de séance : Pierre Sesmat (Université de Lorraine) 

 

Diversité artistique et expériences transculturelles 

 

9h00-9h25 : Alain Philippot (Château de Lunéville) : « L’exotisme au temps de Léopold, entre esthétique et récupération politique ».

 

9h25-9h50 : Jean Saint-Ramond (Ingénieur Arts et Métiers) : « Lunéville entre Londres et Vienne : Philippe Vayringe et les premiers planétaires »

 

9h50-10h15 : Aurélie Chatenet-Calyste (Université de Lorraine) :  

« Une consommation ducale cosmopolite ? Fournisseurs étrangers et réseau marchand international au service de la cour de Lorraine ». 

 

10h15-10h25 : Débat 

10h25-10h40 : Pause 

 

10h40-11h05 : Thierry Franz (Château de Lunéville) : « Entre baroque et classicisme, l’art de cour lorrain face au jeu des modèles européens. L’exemple des résidences ducales sous le règne de Léopold ». 

 

11h05-11h30 : Raphaël Tassin (Docteur en histoire de l’art, EPHE) : « La place des architectes italiens dans les stratégies politiques du duc Léopold ». 

 

11h30-11h55 : René Depoutot (Université de Lorraine) : « La musique à la cour de Léopold 1er. Cosmopolitisme et prédominance de l’influence française ».  

 

11h55-12h10 : Débat 

 

12h10-12h30 : Stefano Simiz (Université de Lorraine) : Conclusions. 

 

Après-midi 

 

14h-15h30 : Visite du château de Lunéville guidée par Thierry Franz. Inscription sur place. 

  

 

 

 

 

Colloque mai 2015 : Passages, échanges et transferts à la cour du duc Léopold (1697-1729)

Passages, échanges et transferts à la cour du duc Léopold (1697-1729)

 

Dates : 12-13 MAI 2015

Lieu : Château de Lunéville


Comité scientifique

 

Laurent Bourquin, Professeur d’histoire moderne (Université du Mans)

Pierre Sesmat, Professeur émérite d’histoire de l’art médiéval et moderne (Université de Lorraine)

Stefano Simiz, Professeur d’histoire moderne (Université de Lorraine)

Thierry Franz, Assistant de conservation principal au musée du château de Lunéville

 

Invité d’honneur : Daniel Roche

 

Organisation et contact

Anne Motta anne.motta@univ-lorraine.fr

 

Sous les ondes de choc que traverse la Lorraine au XVIIe siècle (1633-1697) le lien entre territoire, État et cour ducale se brise brutalement : l’occupation française à partir de 1633, ainsi que la guerre de Trente Ans, ont provoqué l’exil du duc et l’essaimage des élites nobiliaires à travers l’Europe. Il faut attendre la paix de Ryswick (1697) et le retour du duc Léopold à la tête de son héritage patrimonial pour voir revivre une cour, aussitôt arrimée à l’État princier renaissant. Soucieux de compter sur la scène politique européenne, le jeune souverain dote son territoire de structures gouvernementales et administratives mieux adaptées à ses ambitions, et plus en phase avec son époque. Comme dans les grandes monarchies voisines, la cour fait partie de l’appareil d’État au même titre que les conseils. L’accueil de personnes de qualité, de manière temporaire ou définitive, dans une cour installée à Lunéville à partir de 1702, participe aux « stratégies de la gloire » déployées par le duc Léopold et témoignent de la force d’attraction de ce microcosme animé par les plus grands noms de la noblesse lorraine.

Dans toutes les monarchies européennes, les milieux curiaux s’internationalisent à partir du XVIIe siècle, mais cette tendance est encore plus marquée dans cet État des confins qui s’est construit dans l’altérité : ici, la présence française et l’expérience de l’exil ont forcé les rencontres avec l’autre. Dirigés par des princes, éduqués la plupart du temps dans les cours étrangères, et vivant le plus souvent au-delà des frontières au XVIIe siècle, les duchés forment depuis le XVe siècle une interzone façonnée par des forces extérieures.

La situation limitrophe de la Lorraine est en effet propice aux interconnexions, aux transferts de personnes, d’objets et d’idées, dont la cour, lieu de communication par excellence entre les élites, offre un observatoire intéressant. Ces journées d’études voudraient montrer les différentes facettes du mélange des cultures lié à la (re)formation d’une cour (moins étudiée que celle qui lui succède avec l’avènement de Stanislas) après une éclipse de près d’un demi-siècle : présences étrangères, apports extérieurs dans la sociabilité de cour, dans l’organisation de la maison princière, modalités et agents des échanges dans le domaine des arts, sont autant d’aspects à explorer afin de mesurer le degré d’ouverture du milieu curial lorrain.

Cette rencontre voudrait interroger les liens entre le cosmopolitisme qui annonce l’avènement des Lumières, et les élites frontalières, au moment où les sociétés européennes sont tiraillées entre enracinement et détachement.

 

Une journée et demie de communications (25 mn) et une visite du château le 13 après-midi par Thierry Franz.