LES SERVICES D’ORDRE DES PARTIS ET SYNDICATS EN FRANCE DE LA FIN DU XIX ème SIÈCLE À NOS JOURS UNE GESTION MILITANTE DE LA VIOLENCE POLITIQUE journées d’études organisées par François Audigier

LES SERVICES D’ORDRE DES PARTIS ET SYNDICATS EN FRANCE DE LA FIN DU XIX ème SIÈCLE À NOS JOURS
UNE GESTION MILITANTE DE LA VIOLENCE POLITIQUE
Jeudi 11 juin (salle D206, UFR Sciences Humaines et Sociales, Met
z)
Vendredi 12 juin 2015 (salle Ferrari, Ile du Saulcy, Metz)
Journées d’études organisées par François Audigier (CRULH Metz)

Programme :

Jeudi 11 juin 2015 à partir de 14h
De la fin du XIXème à la Seconde Guerre mondiale : élaboration d’un modèle
de service d’ordre militant et première utilisation des appareils de sécurité
dans un contexte de tension politique
Présidence de séance : Jean-Noël Grandhomme (Université de Lorraine)
François Audigier : Introduction
Bertrand Joly (Université de Nantes) : « Les commissaires de la Ligue des Patriotes ».
Anne-Catherine Schmidt (Université de Lorraine) : « Le service d’ordre de l’Action française ».
François Audigier (Université de Lorraine) : « Les Dispo des Croix de Feu puis du PSF ».
David François (Université de Dijon) : « Les communistes et la violence militante dans l’entre-deux-guerres ».
Mathias Bouchenot (Université Paris I) : « Tenir la rue, l’autodéfense socialiste en région parisienne, 1929-1938 ».
Gilles Morin (Université Paris I) : « Le SO du RNP et du MSR »
Vendredi 12 juin 2015 à partir de 9h
De l’après-guerre à nos jours : vers la professionnalisation et la pacification
des appareils de sécurité militants ?
Présidence de séance : François Cochet (Université de Lorraine)
Pascal Girard (Université de Reims) : « Le service d’ordre de la CGT ».
Olivier Dard (Université Paris-Sorbonne) : « Les services d’ordre des organisations Algérie française de la période 1958-1961 : à l’origine de l’OAS ? ».
Théo Georget (Université de Lorraine) : « Le service d’ordre de la Ligue communiste de 1969 à 1973, entre radicalité politique et rôle institutionnel ».
Hugo Patinaux (Université de Lorraine) : « La Gauche prolétarienne dans les années 68 : l’organisation du désordre ».
Valérie Igounet (IHTP-CNRS) : « Le DPS, service d’ordre du FN ».
François Audigier : Conclusions.

Les services d’ordre de partis et de syndicats en France de la fin du XIXe siècle à nos jours.

Les services d’ordre de partis et de syndicats en France de la fin du XIXe siècle à nos jours. Les enjeux de  gestion militante de la violence politique : ce que l’appareil de sécurité révèle en matière de culture politique…

 

L’étude des services d’ordre de partis ou syndicats, ces organisations militantes chargées de gérer la violence politique, est très négligée en dehors de quelques travaux portant sur le service d’ordre communiste dans l’entre-deux-guerres (Georges Vidal, Sylvain Boulouque, David François) ou sur le service d’ordre gaulliste (François Audigier). Les historiens du politique hésitent encore à se pencher sur ces formations perçues de manière souvent caricaturale comme un rassemblement de nervis avinés échangeant entre eux insultes et horions. Les appréhender comme objet d’étude à part entière suppose de reconsidérer la notion d’acteur politique, de sortir d’une approche peut-être trop élitiste du personnel et de l’action politique pour privilégier le militant, la base et le terrain dans ce que ceux-ci peuvent avoir parfois de médiocre. Les politologues ont ouvert la voie en la matière. Dans un ouvrage collectif dirigé en 1990 par Pierre Favre et portant sur la manifestation, Dominique Cardon et Jean-Philippe Heurtin s’étaient déjà penchés sur les origines du service d’ordre à la Belle Epoque et surtout sur les enjeux politiques de cette nouvelle organisation.

Le service d’ordre ne se limite pas en effet à la seule mission « technique » apparente de garantir la sécurité des manifestants (en assurant une police interne du cortège). Le SO possède une fonction plus symbolique: afficher « l’ordre de la manifestation » et par là-même sa nature politique et légitime. En constituant des chaînes ou cordon de protection autour des manifestants, en plaçant les groupes au sein du défilé et les leaders en tête du cortège, en distribuant le matériel (pancartes et insignes), en établissant le contact avec ses « homologues » de la police comme avec les services de secours et les journalistes (qui peuvent franchir leur barrage avec un coupe-file), le service d’ordre fait « tenir les rangs » selon l’expression de l’époque et délimite ainsi un espace particulier qui est celui de la manifestation autorisée. En opposant l’ordre au désordre, la paix à la violence, l’organisé au désorganisé, les gros bras créent « les éléments constitutifs d’un cortège et imposent la perception de celui-ci comme forme manifestante » (D.Cardon et J-P.Heurtin). Parce qu’il tient les rangs, le SO uniformise les pratiques et expressions de la protestation. Il transforme une foule en manifestants et permet à l’organisation à l’origine du rassemblement de s’en instituer le porte-parole et d’en recueillir le bénéfice politique.

L’émergence puis le recours régulier à un service d’ordre a plusieurs conséquences importantes. A partir du moment où le calme du cortège est assuré par le SO, surgit la question de la provocation. Dès lors que les organisateurs ont la certitude de « tenir les rangs », les dérapages ne peuvent venir que d’éléments extérieurs, voire de la police elle-même. Par ailleurs, l’encadrement réussi des foules et la pacification des cortèges qui en découlent, incitent les autorités à ne plus systématiquement interdire les manifestations politiques. La liberté de manifester est ainsi acquise dans les faits avant-guerre. Enfin, la manifestation, une fois réglée et normalisée par le SO, devient un « instrument politique » au même titre que l’action parlementaire. Le registre d’expression des partis et syndicats se diversifie. Sur une période plus récente, la sociologue du politique Isabelle Sommier a analysé l’évolution du service d’ordre de la CGT des années 1950 aux années 1980 en montrant comment cet appareil marqué autrefois par une culture de l’affrontement remontant à l’entre-deux-guerres et à la Guerre froide, avait évolué vers un « service d’accueil » prévenant les heurts et jouant l’apaisement. Autre illustration de la pacification de la vie politique française…

Le CRULH (et plus précisément l’axe 2 de ce laboratoire, « Politique et conflits »), organise en juin 2015 une journée d’étude portant sur les services d’ordre et appréhendant ce type d’organisation sur le temps long, de la fin du XIXème siècle à nos jours. Il s’agira, au-delà du SO, d’analyser un modèle politique en jeu. L’appareil de sécurité permet en effet d’aborder indirectement la question du rapport à la violence qui éclaire elle-même l’évolution de la vie politique en général et celle d’un courant politique en particulier. Dans cette perspective, les « commissaires » de Déroulède, les « camelots du Roi » de l’Action française, les « hommes de confiance » de la SFIO, la « brigade de fer » des Jeunesses Patriotes, les « dispo » des Croix de feu, les TPPS socialistes, les « groupes d’autodéfense » communistes, les gros bras du SAC jusqu’aux membres du SOR (Service d’Ordre Républicain) du RPR des années 1980 ou du DPS (Département Protection Sécurité) du Front national d’aujourd’hui, ont beaucoup à nous dire. La journée d’étude montrera combien le fonctionnement d’un service d’ordre livre informe sur la culture politique du parti auquel le SO est rattaché et sur l’environnement politique dans lequel ce même parti s’insère et évolue. Entre modèle militaire et modèle policier, les modalités d’organisation et de fonctionnement de ces appareils de sécurité évoluent fortement à l’échelle du XXème siècle à la faveur du contexte politique et socio-culturel dans lequel ils s’inscrivent, sans oublier l’effet des influences étrangères parfois déterminantes. Sous cet angle, l’étude des services d’ordre peut se révéler un prisme éclairant tout le champ de l’histoire politique.

Les personnes intéressées par cette manifestation sont invités à envoyer leur proposition de communication avant la fin décembre 2014 à l’organisateur de cette journée d’étude : François AUDIGIER, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine, pôle Metz (francois.audigier@univ-lorraine.fr)

Date : mi juin 2015

Lieu : Université de Lorraine (UL), site de Metz

Organisateur : François Audigier (PR Histoire Contemporaine UL – CRULH)

Comité scientifique : François Audigier (PR Histoire Contemporaine UL – CRULH), François Cochet (PR Histoire Contemporaine UL – CRULH), Olivier Dard (PR Histoire Contemporaine Paris iV – Sorbonne)

François Cochet Idées reçues sur la Première Guerre mondiale.

Idées reçues sur la Première Guerre mondiale.

Auteur :  François Cochet.
Editeur : Paris, Le Cavalier Bleu, 2014, 200 pages.

Résumé : Notre société française du XXIe siècle est fascinée par la Première Guerre mondiale. L’édition, le cinéma et la télévision se sont emparés du sujet, véhiculant par là-même de nombreuses idées reçues. Car la mémoire est à l’histoire ce que la caricature est au dessin, elle force le trait, exagère, simplifie : « L’assassinat de François-Ferdinand a déclenché le début des hostilités », « Ce fut principalement une guerre de tranchées », « Les femmes sont mises au travail », « Clemenceau et Pétain ont fait gagner la guerre », « Sans les Etats-Unis, la guerre aurait été perdue », « Toute une génération a été inutilement sacrifiée… ». François Cochet s’attache ici à rétablir les faits et nuancer la vulgate de cette « Grande Guerre » qui continue de hanter les esprits.

 

François Cochet La Grande Guerre : fin d’un monde, début d’un siècle.

La Grande Guerre : fin d’un monde, début d’un siècle.

Auteur :  François Cochet.
Editeur : Paris, Perrin, 2014, 517 pages.

Résumé : La guerre de 1914-1918 ouvre tragiquement le XXe siècle, souvent nommé le « siècle de la guerre ». Mais ce conflit n’a pas soudainement éclaté à l’été 1914 pour s’interrompre tout aussi brutalement en 1918 : il s’inscrit mentalement dans des comportements issus d’un long XIXe siècle, tout autant qu’il innove et ouvre la voie aux affrontements du XXe siècle. Sondant les mentalités, l’action des chefs comme des humbles, des civils comme des militaires, interrogeant les attitudes de ceux qui décident, autant que de ceux qui vivent la guerre dans le froid des usines ou dans la boue des tranchées, l’auteur envisage, sans parti pris, toutes les dimensions – militaires, économiques, sociales et politiques – de ce conflit total.
Il aborde aussi bien le monde des combattants que celui des arrières, les fronts européens qu’asiatiques ou africains. Synthèse d’ampleur, l’ouvrage répond à toutes les questions que l’honnête homme se pose sur cet affrontement parfois dantesque. Refusant de céder à une lecture partisane et exclusivement hexagonale, il se place résolument dans une approche comparative de la première des deux guerres mondiales, un conflit qui a profondément marqué les sociétés contemporaines et demeure, pour les Français, LA Grande Guerre par l’ampleur des pertes, des destructions et des deuils..