mercredis du crulh, 25 mars, Mylène Didiot

La prochain conférence des « Mercredis du CRULH » a lieu à Metz ce mercredi. Nous écouterons Mylène Didiot, doctorante à l’Université de Lorraine (sous la dir. de Frédérique Lachaud) nous présenter ses recherches sur les murs de Metz à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne  :

L’étude des comptes des Gouverneurs des Murs (1463-1543) : un nouveau regard sur les fortifications médiévales de la ville de Metz.

Rendez-vous donc le 25 mars de 18h à 19h10, en Salle du Conseil (D206, 2ème étage), bât. D de l’UFR SHS, campus du Saulcy.

 

Le premier podcast de nos conférences est en ligne sur le site du CRULH (http://crulh.univ-lorraine.fr/content/les-mercredis-du-crulh) : vous pouvez maintenant écouter la conférence de Laurent Lemarchand, et bientôt les suivantes.

La prochaine conférence des “Mercredis du CRULH” aura lieu à Metz le 11 mars.

Nous aurons le plaisir d’écouter Dominique Adrian (Université de Lorraine, Metz), sur le thème :

 La vie politique dans les villes d’Allemagne du Sud à la fin du Moyen Âge

 

Rendez-vous le 11 mars de 18h à 19h10, en Salle du Conseil (D206, 2ème étage), bât. D de l’UFR SHS, campus du Saulcy.

 Les Mercredis du CRULH ont désormais leur page :
http://crulh.univ-lorraine.fr/content/les-mercredis-du-crulh
qui accueillera bientôt les podcasts des conférences.
 Contact : Leonard Dauphant
https://univ-lorraine.academia.edu/DominiqueAdrian

Nos enseignants-chercheurs publient : Christine Barralis, Eglise et Etat, Eglise ou Etat ? Les clercs et la genèse de l’Etat moderne.

Eglise et Etat, Eglise ou Etat ? Les clercs et la genèse de l’Etat moderne.

Auteur : Christine Barralis, Jean-Patrice Boudet, Fabrice Delivré et Jean-Philippe Genet (Dir.)
Editeur : Publications de la Sorbonne, 2014, 500 pages.

Résumé :
Vingt-cinq ans après la parution des actes du colloque État et Église dans la genèse de l’État moderne, la retraite d’Hélène Millet nous donne une excellente occasion de mesurer le chemin parcouru depuis 1986 et de faire un nouveau bilan en renversant les données de la question. Dans quelle mesure les clercs ont-ils participé à la genèse de l’État moderne et à la naissance de l’institution ecclésiale en tant qu’État aux derniers siècles du Moyen Âge ? Dans quelle mesure ont-ils au contraire résisté à ce double processus et suscité des contre-pouvoirs ? Quels ont été les contacts et la circulation des modèles organisationnels et culturels entre la curie pontificale et les cours royales et princières ? L’importance de ces problèmes que de nombreux travaux récents – à commencer par ceux d’Hélène Millet – ont profondément renouvelé a conduit à leur consacrer l’une des quatre conférences du cycle Comparative Political Studies du programme Signs and States (European Research Council). En choisissant Bourges comme lieu de réunion, les organisateurs du colloque ont opté pour un lieu privilégié d’expression de la puissance rivale de l’Ecclesia illustré par la Pragmatique Sanction. C’est aussi la cité de l’un des princes les plus fastueux du xve siècle, Jean de Berry, et la capitale temporaire du roi de France, Charles VII.

Frédérique Lachaud

Parution du Companion to John of Salisbury (Brill’s Companions to the Christian Tradition, vol. 57), édité par Frédérique Lachaud et Christophe Grellard, avec des contributions de

Julie Barrau, David Bloch, Karen Bollermann, Cédric Giraud, Christophe Grellard, Laure Hermand-Schebat, Frédérique Lachaud, Constant Mews, Clare Monagle, Cary Nederman, Ronald Pepin, Yves Sassier, Sigbjorn Sonnesyn.
http://www.brill.com/products/book/companion-john-salisbury

 

Frédérique Lachaud, Le serment …

Le serment dans les villes du bas Moyen Age.

Auteur :  Frédérique Lachaud et Laurence Buchholzer (Dir.)
Editeur : Histoire Urbaine, Société Française d’Histoire Urbaine, n° 39, 2014, 198 pages.

Résumé : Le serment consiste en l’énoncé oral et ritualisé d’un texte, qui peut être écrit, et qui est composé d’une ou de plusieurs formules. Celles-ci énoncent les autorités invoquées (Dieu, les saints, les Évangiles), attestent la vérité d’une cause ou d’un témoignage, ou établissent, généralement pour un temps déterminé, les obligations du ou des prestataires.

 

 

 

Nos enseignants chercheurs publient : Léonard Dauphant

Léonard Dauphant, Le royaume des quatre rivières: l’espace politique français (1380-1515), Préface d’Elisabeth Crouzet-Pavan

Pendant des siècles, le royaume de France a été défini par les quatre rivières qui délimitaient ses frontières: le Rhône, la Saône, la Meuse et l’Escaut. Pourtant, la naissance de la «nation France» n’a lieu qu’à la fin de la guerre de Cent Ans, au milieu du xve siècle. En ces temps de crise multiple, économique, démographique, politique, comment le roi de France pouvait-il se représenter le territoire de son royaume et gouverner les 450000 km2 de sa souveraineté?
Le pays ne s’est pas unifié seulement par l’uniformisation et la centralisation, ni par une marche forcée vers «l’absolutisme», mais par la formation d’espaces nettement différenciés: des provinces sont gouvernées par le roi, d’autres sont confiées à un gouverneur, à un prince ou à un parlement. L’unité royale et l’État d’offices n’empêchent nullement la construction et l’affirmation de fortes identités régionales, comme en Languedoc, en Normandie ou en Bretagne. Au début du xvie siècle, la France devient ainsi un État-nation original, État royal et territorial mixte et polymorphe, à la fois unitaire et hétérogène. Cette organisation survit jusqu’à la Révolution; son souvenir structure encore, aujourd’hui, l’identité française.
Fruit d’une méthode originale, ce livre montre quelle était la culture géographique des Français de la fin du Moyen Âge et l’impact durable de leurs façons de se représenter l’espace (avec les premières cartes), de voyager et de communiquer, de gouverner et de vivre ensemble.