mercredis du crulh, 25 mars, Mylène Didiot

La prochain conférence des « Mercredis du CRULH » a lieu à Metz ce mercredi. Nous écouterons Mylène Didiot, doctorante à l’Université de Lorraine (sous la dir. de Frédérique Lachaud) nous présenter ses recherches sur les murs de Metz à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne  :

L’étude des comptes des Gouverneurs des Murs (1463-1543) : un nouveau regard sur les fortifications médiévales de la ville de Metz.

Rendez-vous donc le 25 mars de 18h à 19h10, en Salle du Conseil (D206, 2ème étage), bât. D de l’UFR SHS, campus du Saulcy.

 

Le premier podcast de nos conférences est en ligne sur le site du CRULH (http://crulh.univ-lorraine.fr/content/les-mercredis-du-crulh) : vous pouvez maintenant écouter la conférence de Laurent Lemarchand, et bientôt les suivantes.

Nos enseignants chercheurs publient : Léonard Dauphant

Léonard Dauphant, Le royaume des quatre rivières: l’espace politique français (1380-1515), Préface d’Elisabeth Crouzet-Pavan

Pendant des siècles, le royaume de France a été défini par les quatre rivières qui délimitaient ses frontières: le Rhône, la Saône, la Meuse et l’Escaut. Pourtant, la naissance de la «nation France» n’a lieu qu’à la fin de la guerre de Cent Ans, au milieu du xve siècle. En ces temps de crise multiple, économique, démographique, politique, comment le roi de France pouvait-il se représenter le territoire de son royaume et gouverner les 450000 km2 de sa souveraineté?
Le pays ne s’est pas unifié seulement par l’uniformisation et la centralisation, ni par une marche forcée vers «l’absolutisme», mais par la formation d’espaces nettement différenciés: des provinces sont gouvernées par le roi, d’autres sont confiées à un gouverneur, à un prince ou à un parlement. L’unité royale et l’État d’offices n’empêchent nullement la construction et l’affirmation de fortes identités régionales, comme en Languedoc, en Normandie ou en Bretagne. Au début du xvie siècle, la France devient ainsi un État-nation original, État royal et territorial mixte et polymorphe, à la fois unitaire et hétérogène. Cette organisation survit jusqu’à la Révolution; son souvenir structure encore, aujourd’hui, l’identité française.
Fruit d’une méthode originale, ce livre montre quelle était la culture géographique des Français de la fin du Moyen Âge et l’impact durable de leurs façons de se représenter l’espace (avec les premières cartes), de voyager et de communiquer, de gouverner et de vivre ensemble.