Colloque « Héros grecs à travers le temps » (Metz), Laurence Baurain

Du 28 au 30 mai 2015 se tiendra à Metz un colloque organisé par Laurence Baurain-Rebillard et intitulé « Héros grecs à travers le temps : autour de Bellérophon, Cadmos, Persée, Thésée ».

 

Le colloque se tiendra au cloître des Récollets, salle capitulaire (1 rue des Récollets 57000 Metz).

 

 

https://antiquitas.hypotheses.org/files/2015/05/Capture-d%E2%80%99e%CC%81cran-2015-05-11-a%CC%80-19.19.26.png

 

Jeudi 28 mai 2015
13h30 : Accueil des participants
Présidence de séance : Jeanne-Marie Demarolle (Université de Lorraine)
14h : Laurence Baurain-Rebillard (Université de Lorraine) : Introduction
14h35 : Claude Baurain (Université de Liège) : « Persée à Némée ».
15h10 : Jean-Pierre Darmon (CNRS) : « Persée dans le décor domestique
romain ».
15h45 : Discussion et pause
Présidence de séance : Christian-Georges Schwentzel (Université de Lorraine)
16h30 : Martin Galinier (Université de Perpignan) : « De l’usage des héros à
Rome : exemples, contextes et intentions ».
17h05 : Emmanuel Ussel (INHA) : « Le proche et le lointain : spécularité du
mythe et imaginaire du monstrueux dans la Libération d’Andromède de
Piero di Cosimo ».
17h40 : Discussion

 

 

Vendredi 29 mai 2015
Présidence de séance : Jean-Pierre Darmon (CNRS)
9h : Anne-Elisabeth Spica (Université de Lorraine) : « Les héros et les emblèmes :
quelques polyphonies allégoriques ».
9h35 : François Lissarrague (EHESS) : « Métamorphoses de Pégase ».
10h10 : Thomas Morard (Université de Liège) : « En quête de catastérismes. Indices
iconographiques de ce type de métamorphoses sur les vases italiotes ».
10h45 : Discussion et pause
11h30 : Daniela Gallo (Université de Lorraine) : « Persée dans la sculpture européenne
du XVIIIe siècle ».
12h05 : Jeanne-Marie Demarolle (Université de Lorraine) : « De la dérision : Félix
Vallotton, Persée et Andromède ».
12h40 : Discussion et déjeuner-buffet
Présidence de séance : François Lissarrague (EHESS)
14h : Karin Mackowiak (Université de Franche-Comté) : « Errances entre Thèbes et
Athènes : la réception du mythe de fondation de Cadmos à l’époque classique ».
14h35 : Alan Shapiro (Johns Hopkins University, Maryland) : « La famille de Thésée : le
héros comme fils, père et mari à l’époque de Périclès ».
15h10 : Céline Bohnert (Université de Reims) : « Thésée sur la scène lyrique (1675) :
une mythologie d’opéra ».
15h45 : Discussion et pause
Présidence de séance : Daniela Gallo (Université de Lorraine)
16h30 : Judith Le Blanc (Université de Rouen) : « Les héros grecs dans les tragédies
lullystes et leurs avatars parodiques ». Texte lu
17h05 : Paul-Antoine Colombani (Université de Corse) : « Évolutions et représentations
contemporaines du héros grec ».
17h40 : Discussion

Samedi 30 mai 2015
Présidence de séance : Alan Shapiro (Johns Hopkins University)
9h : Laurence Baurain-Rebillard (Université de Lorraine) : « Thésée, héros
politique, figure polémique (VIIe-IVe s. avant notre ère) ».
9h35 : Pascal-François Bertrand (Université de Bordeaux) : « Louix XV, Thésée et
les Gobelins ». Texte lu
10h10 : Discussion et pause
11h : Ariane Eissen (Université de Poitiers) : « Quand Thésée devient héros pour
la jeunesse ».
11h35 : François Lissarrague : Conclusions.

 

Renseignements : Laurence Baurain-Rebillard (laurence.baurain@univ-lorraine.fr)

 

 

 

 

Héros grecs à travers le temps. Autour de Bellérophon, Cadmos, Persée, Thésée…

Héros grecs à travers le temps. Autour de Bellérophon, Cadmos, Persée, Thésée…

La mythologie grecque est l’une des composantes principales du patrimoine culturel occidental, peut-être même la plus évidente. Elle a traversé les siècles, imprégné tous les modes d’expression, et, loin d’accompagner l’extinction des langues anciennes, elle intéresse de nos jours un public très large et inspire une part importante de la création contemporaine, notamment au cinéma.

Du Thésée du Vase François, au VIe siècle avant notre ère, à celui des Immortels de Tarsem Singh en 2011, du Persée de la Théogonie d’Hésiode à celui du Choc des Titans et de la Colère des Titans, voire au personnage de Percy Jackson, il est certain que les héros ont changé, et leurs aventures aussi…

 

Mais les œuvres cinématographiques de ces dernières années, dont on souligne souvent les libertés qu’elles prennent avec la tradition, ne sont finalement guère plus irrespectueuses que les auteurs des siècles antérieurs vis-à-vis des mythes antiques. Ceux-ci n’ont cessé d’être réécrits, repensés, reformulés, et cette mutabilité extrême leur est en quelque sorte consubstantielle. Nul ne s’offusquait, dans l’Athènes du Ve siècle avant notre ère, lorsque Eschyle ou Euripide ajoutait de nouveaux épisodes à la geste de tel ou tel héros – on allait au contraire voir au théâtre comment les Tragiques avaient accommodé cette année-là les « vieilles histoires » pour évoquer, en fait, l’actualité la plus récente.

L’émergence d’une culture gréco-romaine n’a pas enrayé le processus créatif, et les Métamorphoses d’Ovide, en particulier, illustrent de façon éclatante la malléabilité de la matière mythologique – des Métamorphoses dont on sait l’influence, tant au Moyen Âge qu’à l’époque moderne et jusqu’à nos jours, et aussi bien dans la littérature, la musique (ainsi, les tragédies lyriques des XVIIe et XVIIIe s.) que la peinture et, tout récemment, le cinéma (avec le film de Christophe Honoré, sorti le 3 septembre 2014).

Dans le sillage d’Ovide ou par le biais d’autres filiations, nourries d’un retour aux sources ou fruit de croisements complexes, les mythes grecs sont restés vivants, résistant à l’entreprise ancienne des mythographes classificateurs comme à celle du positivisme. Sans doute y a-t-il eu une phase de latence, où les héros immémoriaux de notre imaginaire collectif ont été en quelque sorte domestiqués, envisagés comme des métaphores (la psychanalyse y a été pour beaucoup, mais la même tendance se constate dans nombre d’œuvres littéraires, tel le Thésée d’André Gide). Se seraient-ils réveillés, voire révoltés ? Car il semblerait bien que le temps des images fortes soit revenu, images de héros éclatants, de combats terribles, de monstres effrayants.

C’est donc la transmission que l’on souhaite étudier dans ce colloque – la transmission à travers les siècles et dans toutes les formes d’expression – et surtout ses méandres, ses détours et ses résurgences.

Il ne saurait bien sûr être question d’embrasser en une seule rencontre toute la mythologie grecque. Nous proposons de concentrer les travaux sur les quatre héros Bellérophon, Cadmos, Persée et Thésée, qui présentent entre eux de fortes similitudes. De sang royal mais en butte à l’adversité, c’est loin de chez eux et en triomphant d’ennemis réputés invincibles, créatures monstrueuses pour la plupart, qu’ils peuvent finalement accéder à un pouvoir jusque-là impossible. Cette légitimation par l’exploit explique en partie le succès de ces héros bien au-delà des cités grecques qui les avaient créés ou se les étaient accaparés, mais, plus largement, leurs combats contre des monstres en ont fait des archétypes, avec toutefois des nuances différentes selon les contextes – souverain conforté dans son pouvoir, héros civilisateur ou encore incarnation de valeurs morales, autant d’aspects que la littérature et les arts ont développés et interprétés en fonction des préoccupations et de l’esthétique de leur époque.

La liste toutefois n’est pas nécessairement fermée, et il peut être intéressant, bien sûr, de prendre en compte les personnages liés à ces héros, notamment les figures féminines, dont le rôle et la place dans le mythe ont sensiblement évolué avec le temps et plus particulièrement dans les arts visuels ; comme il pourrait être intéressant aussi d’étudier, en contrepoint, une autre figure majeure de l’héritage antique, présente dans la culture occidentale de l’époque médiévale à nos jours, à la fois proche et différente des quatre premières, par exemple un grand héros de l’épopée.

Les contributions pourront s’intéresser à un seul de ces héros ou à plusieurs, se concentrer sur une époque précise ou adopter une perspective diachronique, envisager les productions d’une seule forme d’expression ou confronter des œuvres de natures différentes, qu’il s’agisse de littérature, de peinture, de sculpture, de musique, de danse, de théâtre, de cinéma…

Nous prévoyons des communications d’une durée de 30 minutes et souhaiterions recevoir les propositions, avec un titre provisoire, au plus tard le 15 décembre 2014.

Le titre définitif, accompagné d’un résumé d’au moins une dizaine de lignes, est attendu pour le 28 février 2015.

 

Date : 28-30 mai 2015

Lieu : Cloître des Récollets, Metz

Comité scientifique :

Jeanne-Marie DEMAROLLE, Professeur émérite d’Histoire romaine (Université de Lorraine).
Frédérique LACHAUD, Professeur d’Histoire médiévale (Université de Lorraine), directrice adjointe du CRULH.
François LISSARRAGUE, Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales.

Organisateur et contact :

Laurence Baurain-Rebillard, Maître de conférences en histoire grecque (Université de Lorraine).
Mail : laurence.baurain@univ-lorraine.fr