Frédérique Lachaud

Parution du Companion to John of Salisbury (Brill’s Companions to the Christian Tradition, vol. 57), édité par Frédérique Lachaud et Christophe Grellard, avec des contributions de

Julie Barrau, David Bloch, Karen Bollermann, Cédric Giraud, Christophe Grellard, Laure Hermand-Schebat, Frédérique Lachaud, Constant Mews, Clare Monagle, Cary Nederman, Ronald Pepin, Yves Sassier, Sigbjorn Sonnesyn.
http://www.brill.com/products/book/companion-john-salisbury

 

C. Schwentzel, Cléopâtre, la déesse-reine

Christian-Georges SCHWENTZEL, Cléopâtre la déesse-reine, Payot, octobre 2014.

Femme fatale par excellence, à la beauté légendaire et à la mort tragique, Cléopâtre (v. 69 av. J.-C.–30 av. J.-C.) est sans doute la plus célèbre des femmes de l’Antiquité. Son nom même, honni par les poètes latins, est évocateur de luxe, de pouvoir et d’érotisme. Dans son sillage vénéneux, elle a entraîné tour à tour le grand César, père putatif du petit Césarion, et son successeur Marc Antoine, vaincu de la bataille d’Actium.

Depuis dix ans, d’importantes découvertes archéologiques, numismatiques et épigraphiques ont fait progresser notre connaissance de la reine d’Égypte. À la fois « pharaonne » traditionnelle pour ses sujets égyptiens et reine macédonienne, descendante d’un officier d’Alexandre le Grand, pour les Grecs, elle assume une double identité culturelle : déesse-reine, la dernière des Ptolémées se veut la réincarnation d’Isis autant que celle d’Aphrodite. Héritière d’un empire « ami » des Romains, en fait un protectorat de Rome, Cléopâtre rêve de la fusion d’un grand et puissant Empire romano-ptolémaïque. Sa démesure en a fait un mythe, mille fois exploité et réinterprété à travers les siècles. C’est à une relecture de ses divers visages que nous convie l’auteur, en Europe mais aussi, et de façon surprenante, dans le monde arabe ou en Amérique du Nord, où elle fait figure d’icône noire.

nos enseignants-chercheurs publient : C. Bourdieu, Les Trois-Evêchés et l’étranger.

Les Trois-Evêchés et l’étranger.

Testament spirituel

 

 

Textes réunis par Catherine Bourdieu-Weiss.

 Numéro 52. Paru en 2014. http://crulh.univ-lorraine.fr/content/crulh-collection

Sommaire :

Catherine Bourdieu-Weiss : Introduction

Anne Adrian : La “Maison des Têtes” : deux orientaux à Metz au XVIe siècle

Raphaël Tassin : L’Italie et l’architecture de Toul à la Renaissance

Jean-Luc Liez : Quelques images des Trois-Evêchés issues de la collection de sceaux du musée de la Princerie à Verdun

Catherine Bourdieu-Weiss :Les artistes étrangers à Metz aux XVIIe et XVIIIe siècles

Eric Durot : Les Trois-Evêchés et les Guises, en double destin français au XVIe siècle

Marie-Catherine Vignal-Souleyreau : Les sentences de M. Lebret : tentative d’ingérence française et réaction lorraine dans les Trois-Evêchés en 1625-1626

Benoît Boutet : Le parlement de Metz, un creuset original. Réflexion sur la notion d’étranger : être “étranger” aux Trois-Evêchés, s’enraciner et se déraciner

Cédric Andriot : Le discours aux Juifs de Metz de Jean Bedel, ou comment convertir les étrangers de l’intérieur (Mtez, 1651) ?

Julien Léonard : Le regard des chrétiens sur les Juifs à Metz aux XVIe et XVIIe siècle : voisins ou étrangers ?

Michaël George : Le chapitre cathédral de Verdun et l’étranger à la charnière des XVe et XVIe siècle : réflexions autour de la réception du concordat germanique (1519) et du recrutement des chanoines

Frédéric Schwindt : Mennonites et Amishs dans l’Evêché de Metz avant la Révolution

François Cochet Idées reçues sur la Première Guerre mondiale.

Idées reçues sur la Première Guerre mondiale.

Auteur :  François Cochet.
Editeur : Paris, Le Cavalier Bleu, 2014, 200 pages.

Résumé : Notre société française du XXIe siècle est fascinée par la Première Guerre mondiale. L’édition, le cinéma et la télévision se sont emparés du sujet, véhiculant par là-même de nombreuses idées reçues. Car la mémoire est à l’histoire ce que la caricature est au dessin, elle force le trait, exagère, simplifie : “L’assassinat de François-Ferdinand a déclenché le début des hostilités”, “Ce fut principalement une guerre de tranchées”, “Les femmes sont mises au travail”, “Clemenceau et Pétain ont fait gagner la guerre”, “Sans les Etats-Unis, la guerre aurait été perdue”, “Toute une génération a été inutilement sacrifiée…”. François Cochet s’attache ici à rétablir les faits et nuancer la vulgate de cette “Grande Guerre” qui continue de hanter les esprits.